Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Ni putes ni maudites - 22/12/2009 - L'Observateur - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Mais l’espoir de briser totalement le tabou est permis avec les actions entreprises par le ministère de la Santé et certaines associations qui bénéficient du soutien de l’UNFPA à travers un projet. Un groupe de journalistes a organisé une caravane de presse pour faire l’état des lieux. C’était du 14 au 15 décembre 2009. Fadima Ahmadou, 49 ans, fait partie des victimes de fistules obstétricales. Mère de trois enfants mort-nés, elle goûtera à la joie d’être mère à sa quatrième grossesse. Mais cette joie sera éphémère puisqu’après son accouchement elle a contracté une maladie qui lui fera subir les pires souffrances. Répudiée par son mari, exclue de la société qui voit en son mal les conséquences fâcheuses d’un acte adultérin ou d’une malédiction, Fadima va errer une vingtaine d’années avant de voir une lueur d’espoir.

En effet, au cours d’une sensibilisation de l’association Khoolesmen basée à Dori, elle a été recrutée parmi les malades de fistules pour être internée au Centre d’accueil du Centre hospitalier régional de Dori (CHR) en vue d’une intervention chirurgicale.

Hadiatou Hama, 24 ans, a eu plus de chance. Contrairement à Fadima, sa misère a duré seulement six années avant qu’elle ne bénéficie de soins appropriés. Dorénavant, elle a recouvré la santé et a rejoint sa famille à Yakuta, à 15 km de la capitale du Sahel, dans l’attente du retour de son mari pour intégrer son foyer.

Invariablement, le scénario est le même : la patiente est accusée de tous les péchés et chassée du domicile. Les parents biologiques l’accueillent et lui procurent les soins par l’entremise d’une association. Après guérison, la femme, grâce aux activités génératrices de revenus (AGR), retrouve une forme éblouissante et son époux, celui-là même qui l’avait vidée de la maison, revient pour redemander sa main. Ici, on ne se marie pas pour le meilleur et le pire.

Mais puisque l’exception confirme la règle, Dori Hama est un exemple parfait de responsabilité. Quand bien même il a convolé en secondes noces, il n’a pas abandonné sa première femme qui souffre de fistule. Bien au contraire, c’est lui-même qui l’a conduite au CHR et l’assiste sur place à Dori. Elles sont au total plus d’une soixantaine de femmes qui ont été identifiées par l’association Kholesmen dans la province du Séno, soumises au traitement, et qui aujourd’hui sont complèment guéries. Quinze autres subiront une intervention chirurgicale d’ici fin décembre.

La fistule n’est, ni une fatalité, ni une malédiction. C’est une pathologie caractérisée par une communication entre le conduit vaginal et/ou la cavité vésicale ou rectale consécutive à un accouchement non assisté médicalement, à une grossesse précoce ou à une faible existence de soins obstétricaux d’urgence de qualité.

“Il s’agit, explique le Dr Moussa Guiro, d’une complication grave de l’accouchement dystocique non assisté par une personne compétente. Le mécanisme unanimement reconnu est la nécrose ischémique des organes pelviens due à une compression prolongée de ceux-ci, par la présentation fœtale bloquée dans le pelvis. Il s’en suit une chute d’escarres vers le 4e ou 5e jour et la fistule apparaît”.

La femme perd ainsi les urines en permanence, ce qui l’expose à de nombreuses complications, notamment les infections, les lithiases urinaires, les lésions cutanées liées au contact permanent de l’urine avec la peau et, au stade ultime, une insuffisance rénale terminale. A ces infections, il faut ajouter les attitudes de rejet, de répugnance, d’isolement social et affectif, conduisant à un repli sur soi et à des dépressions.

Comment mettre fin à cette misère physique et morale que vivent ces femmes ? Le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) a sa petite idée : appuyer le ministère de la Santé à travers un projet d’appui au programme de lutte contre les fistules obstétricales pour l’amélioration de la sécurité humaine et du bien-être de la population de la région du Sahel. Coût total de cette intervention qui s’étale sur trois ans : 3 millions d’euros soit près de 2 milliards de francs CFA.

Cet investissement vise à accroître l’utilisation des services de prise en charge et de prévention des fistules, y compris la planification familiale et les soins obstétricaux essentiels et d’urgence dans la région sanitaire du Sahel pour l’ensemble des femmes.

Pour ce faire, l’UNFPA s’est attaché les services d’un chirurgien, le Dr Guiro en l’occurrence, et finance l’ONG Family Care International qui, à son tour, a recruté une association par district sanitaire (Dori, Gorom-Gorom, Djibo et Sebba) pour l’exécution du projet.

Dans le chef-lieu du Soum, c’est l’association Khoolesmen (signifie en fulfuldé cercle où chacun trouve son compte), qui a bénéficié du financement. Selon sa présidente, Aïssata Diallo Hama, une dame connue comme le Loup blanc au Sahel, le fonds sert à la réinsertion sociale des femmes à travers des activités génératrices de revenus dans les domaines de l’embouche bovine, du petit commerce et du tissage.

Adama Ouédraogo Damiss

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !