Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Ministère de la Promotion de la femme : session de formation au genre et VIH/Sida - 15/03/2010 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Comité ministériel de lutte contre le VIH/Sida (CMLS) du ministère de la Promotion de la femme a organisé une session de formation au Genre, VIH/Sida et santé de la reproduction, du 9 au 11 février 2010, au profit d’une vingtaine d’agents à Loumbila dans la province de l’Oubritenga. Cette formation vient outiller les agents à un moment où la Politique nationale genre (PNG) vient d’être adoptée et sa mise en œuvre confiée au ministère de la Promotion de la femme.

Genre, VIH/Sida et santé de la reproduction, c’est sous ce thème que s’est tenue la session de formation du Comité ministériel de lutte contre le VIH/Sida et les IST du ministère de la Promotion de la femme les 9, 10 et 11 février 2010. L’objectif de la formation était de permettre à la trentaine d’agents du ministère concerné, de comprendre le genre par rapport au VIH/sSida et ses enjeux sur la santé de la reproduction.

Dans son mot introductif, M. Nitioumavé Coulibali, conseiller technique de madame le ministre de la Promotion de la femme a relevé l’importance de cette formation pour les agents dans un contexte marqué par l’adoption de la Politique nationale genre dans notre pays ; une politique qui offre de meilleures perspectives pour le développement et l’épanouissement de la femme.

Car si la pauvreté a un visage féminin, dans le domaine du VIH/Sida et les IST, les femmes sont les plus touchées. Dans sa communication, M. Emile Kambou, facilitateur au SP/CNLS, a fait ressortir la situation de l’épidémie du VIH/Sida et des IST avant de préciser qu’ils constituent de nos jours, des problèmes de santé publique et de développement.

Il s’est appuyé sur le rapport de l’ONUSIDA de l’année 2008 pour montrer l’ampleur et la prévalence de ces maladies. C’est ainsi que le taux de prévalence du VIH/Sida s’est stabilisé et le nombre de nouvelles infections a chuté grâce à la conjugaison commune des efforts des acteurs nationaux et internationaux et en raison de l’impact des programmes de lutte contre la pandémie a-t-il ajouté.

Aussi, la présentation de la situation de l’épidémie en 2008 a fait ressortir que 33,4 millions de personnes sont infectées dans le monde dont 22,4 millions en Afrique et dans cette partie de la planète, 60% des personnes contaminées sont des femmes. Et l’Afrique du Sud est le pays qui enregistre le plus des cas d’infections au monde. Se référant au même rapport, le taux de prévalence au Burkina Faso est de 1,6% et au cours de la même période, 536 cas ont été notifiés dont 4799 adultes parmi lesquels on compte 3263 femmes.

On peut conclure sans risque de se tromper que la pandémie a un visage féminin au regard des chiffres du rapport de l’ONUSIDA. Des facteurs favorisant la féminisation du VIH/Sida sont entres autres : la vulnérabilité de la constitution biologique de la femme, les pratiques socioculturelles, la pauvreté ainsi que l’insuffisance d’éducation sexuelle et de connaissances sur le VIH/SIDA. Face à ce fléau qui endeuille le monde entier a ajouté le facilitateur, des stratégies de ripostes adéquates doivent être développées afin de réduire significativement le VIH/Sida.

Au deuxième jour de la formation, le facilitateur a clarifié les concepts tels que les IST (Infections sexuellement transmissibles), le VIH/Sida... Au regard des dangers des IST et du VIH/Sida que l’humanité court, la promotion de la santé de la reproduction est l’une des voies qu’il faut emprunter pour les éviter. A ce sujet, il a défini les concepts de la santé de la reproduction selon l’OMS, et a fait l’historique de sa relation avec le genre.

En outre, il s’est appuyé sur la loi sur la santé de la reproduction adoptée par l’Assemblée nationale du Burkina le 21 décembre 2005. Au troisième jour, les échanges se sont focalisés sur la planification familiale et le plaidoyer. Le facilitateur a défini la planification familiale comme étant une manière de vivre que des individus et des couples adoptent de leur propre volonté en se basant sur des connaissances précises, des attitudes, et des décisions réfléchies afin d’améliorer l’état de leur santé.

Cependant, le plaidoyer est l’un des moyens le plus efficace pour réussir la lutte contre les IST et le VIH/Sida et assurer l’épanouissement des hommes et des femmes de tout âge, a précisé M. Kambou Emile. Pour M. Jean Yves Kambou coordonnateur du Comité ministériel de lutte contre le VIH/Sida et les IST (CMLS) du ministère de la Promotion de la femme, ses attentes ont été atteints au regard de l’engouement et de la pertinence des débats constatés au cours de la formation.

DCPM/MPF

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !