Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre la méningite : Menafrivac, un nouveau vaccin pour endiguer la pandémie - 06/07/2010 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La salle de conférence de l’Organisation ouest-africaine de la santé (OOAS) à Bobo-Dioulasso a abrité du 28 juin au 1er juillet un atelier d’élaboration du plan de communication pour le lancement du nouveau vaccin conjugué antiméningococcique A. L’atelier a regroupé des hommes et femmes de médias, des agents et responsables du ministère de la Santé, des représentants des partenaires techniques et financiers comme l’UNICEF, l’OMS et le Projet vaccin contre la méningite (MVP) et de l’ONG américaine PATH. En tant que pays partenaires et compris dans la ceinture méningitique ; le Niger et le Mali y avaient des représentants.

L’objectif de la rencontre, proposer un plan de communication adéquat pour mobiliser les énergies autour du nouveau vaccin contre le fléau auquel le Burkina paie régulièrement un lourd tribut, et contribuer à la vaccination de 90% des personnes agées de 1 à 29 ans au Burkina Faso. On l’appelle Menafrivac TM.

Il est l’aboutissement d’un long processus qui a consisté à trouver une solution efficace et durable de lutte contre les épidémies de méningites récurrentes dues au groupe A, Neisseria meningitidis. Le Menafrivac TM est un nouveau vaccin conjugué, fruit de la collaboration entre l’OMS et l’ONG américaine PATH. Le Burkina Faso a été retenu pour l’organisation de la première campagne préventive de vaccination, sous le parrainage du Président du Faso, Blaise Compaoré.

L’enjeu étant de taille, l’élaboration d’un plan de communication s’avérait nécessaire pour, d’une part, mobiliser les leaders burkinabè au niveau politique, administratif et communautaire et d’autre part, assurer un succès à la première campagne de masse avec le Menafrivac TM dont la cible se recrute au sein de la population âgée de 1 à 29 ans.

Le Burkina Faso est un pays de la ceinture de la méningite qui est traditionnellement touché par les épidémies de méningite. Des épidémies de grande ampleur dues surtout à Neisseria meningitidis de groupe A (Nm A) surviennent de façon cyclique tous les 8-10 ans sur des vagues épidémiques bisannuelles d’ampleur moyenne. Ainsi la plus grosse épidémie survenue au Burkina en 1996 a provoqué près de 42 967 cas dont 4 363 décès.

Notre pays est coutumier des flambées dont celles de 2004 et 2005 sont de loin les moins sévères comparées à celle de 1996. Depuis, on enregistre une augmentation des cas (2006 : 19 134 cas suspects dont 1 674 décès ; 33 districts en alerte sur 55) (2007 : 26 978 cas suspects dont 1 923 décès ; 43 districts en alerte sur 55). En 2009, c’est 88 199 cas qui ont été recensés dans la ceinture méningitique qui inclut le Niger et le Mali. D’où ce renforcement de la crainte de voir le début d’une nouvelle grande vague épidémique en Afrique sub-saharienne.

La mise au point d’un vaccin contre la souche A répond au fait qu’au long des années, le laboratoire a travaillé à l’identification des germes responsables de la méningite et a mis en évidence une prédominance de Neisseria meningitidis dans plus de 90% des germes, avec une très grande majorité d’isolats de méningocoques de groupe A. Selon les spécialistes, le vaccin conjugué présente une sécurité et une qualité démontrées lors des études cliniques menées. De plus, le Menafrivac TM devrait aussi conférer une immunité de groupe et offrir une protection de longue durée, pour un coût abordable.

Au terme de 4 jours d’échanges, les acteurs ont proposé, pour la campagne de vaccination située entre septembre et décembre 2010, un plan de communication. Plaidoyer et mobilisation sociale aux niveaux central, intermédiaire et périphérique ont été proposés.

Hortense ZIDA

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !