Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Tengandogo : un nouvel hôpital aux portes de Ouagadougou - 25/10/2010 - L'Observateur - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’hôpital moderne de Tengandogo, fruit de la coopération entre le Burkina et la république de Chine Taïwan, ouvrira bientôt ses portes. Ce joyau de notre pyramide sanitaire a été inauguré hier, 25 octobre 2010. C’est le chef de l’Etat qui a coupé le ruban symbolique de l’établissement qui porte désormais son nom. Nom de baptême : hôpital national Blaise-Compaoré ; localisation : Tengandogo, à l’entrée sud de Ouagadougou ; date de pose de la première pierre : mardi 10 juillet 2007 ; coût : environ 45 milliards de FCFA, sur financement de la république de Chine Taïwan ;

Capacité : 600 lits. C’est en quelques mots ce qu’on peut dire du nouvel hôpital inauguré ce lundi en grande pompe et en présence de nombreuses personnalités du Burkina et de l’étranger.

On s’en souvient encore, c’est en 2007 que le village de Tengandogo, dans la commune de Komsilga, abritait la cérémonie de pose de la première pierre du nouveau centre hospitalier universitaire de Ouagadougou. Trois ans après, c’est un complexe moderne de type architectural semi- pavillonnaire, bâti sur un terrain de 16 hectares et d’une capacité de 600 lits, qui a été inauguré ce 25 octobre par le chef de l’Etat.

L’hôpital national Blaise-Compaoré, puisque c’est son nom, est un établissement de 3e niveau, c’est-à-dire de rang universitaire. Rappelons en effet que dans notre pyramide sanitaire, les soins de premier niveau sont assurés par les CSPS, les centres médicaux et les CMA.

Les soins de deuxième niveau sont assurés dans les centres hospitaliers régionaux tandis que les hôpitaux nationaux que sont Yalgado- Ouédraogo, Souro-Sanon et la pédiatrie Charles-de-Gaulle assurent des soins spécialisés de 3e niveau.

Ce nouvel hôpital a été réalisé grâce à un prêt d’un montant de 60 millions de dollars US obtenu auprès d’une banque de Taïwan. Ainsi que l’a souligné Thimoty Chin-Tien Yang, ministre taïwanais des Affaires étrangères, sa conception ainsi que sa réalisation sont le fruit d’une étroite collaboration entre le Burkina et la république de Chine. La clé du bon fonctionnement d’un hôpital reste la gestion.

C’est pourquoi le nouvel établissement devrait bénéficier d’un système de gestion informatisé tel que celui en usage dans les hôpitaux taïwanais. C’est donc dans un esprit de continuité qu’un contrat de coopération technique a été signé avec le gouvernement de Taïwan pour permettre aux personnels burkinabè de bénéficier de l’expérience de l’hôpital chrétien de Puli en matière de gestion.

« L’hôpital national Blaise-Compaoré sera fonctionnel dans le courant de l’année 2011 et nous allons nous préparer à accomplir les diligences nécessaires pour le mettre en marche », a assuré le ministre de la Santé, Seydou Bouda.

Il permettra alors d’offrir des soins de santé spécialisés, de réduire le nombre d’évacuations sanitaires et d’assurer une formation adéquate des ressources humaines en santé. Ce nouvel hôpital se veut un centre d’excellence dans le domaine des soins au sein de l’espace UEMOA.

C’est sans doute en raison de cela qu’il a été doté d’un héliport. Heureux parrain, Blaise Compaoré a visité la nouvelle infrastructure en compagnie du ministre taïwanais et de nombreux autres invités. Il a indiqué que le choix de sa personne constitue un message d’encouragement et l’incite à un engagement toujours plus grand en faveur de la santé.

Encadré

L’hôpital comprend les éléments suivants :

  • le pool administratif ;
  • le pool des services cliniques avec le service des entrées, les services des urgences, les services de médecine et spécialités médicales ;
  • le pool des services chirurgicaux et spécialités chirurgicales (orthopédie traumatologie, chirurgie digestive et viscérale, neurochirurgie, chirurgie cardiaque…) ;
  • le pool des services médicotechniques (radiologie et imagerie médicale, pharmacie, laboratoire…) ;
  • les services généraux

H. Marie Ouédraogo

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !