Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Santé maternelle et néonatale : fournir des informations fiables et actualisées aux décideurs politiques - 06/10/2011 - Le pays - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le lancement officiel du Pôle d’information en santé maternelle et néonatale (PISAM) a eu lieu le mercredi 5 octobre 2011 à Ouagadougou. Et cela autour d’un atelier dont l’objectif est de faire connaître le PISAM et d’avoir un consensus sur les indicateurs à suivre par les points focaux du PISAM. C’est ainsi que les 5 et 6 octobre 2011, les participants des différents pays de l’Afrique de l’Ouest vont animer des réflexions sur l’objectif du PISAM. Lequel a été initié par l’Institut de recherches en sciences de la santé (IRSS) avec la collaboration du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA).

Les gouvernants du Bénin, de la Côte d’ivoire, de la Guinée, du Mali, du Niger du Sénégal et du Burkina Faso vont désormais avoir des informations fiables et actualisées sur les indicateurs de la santé maternelle et néonatale. Cette action a été rendue possible grâce au Pôle d’information en santé maternelle et néonatale (PISAM). La cérémonie de lancement officiel du projet PISAM a eu lieu le 5 octobre dernier à Ouagadougou en présence des points focaux constitués des différents pays sus-cités. Les objectifs poursuivis par le projet PISAM sont, d’une part, d’animer un cadre d’information sur la santé maternelle et néonatale et, d’autre part, de documenter les initiatives prises par les Etats et leurs partenaires pour la réduction de la mortalité maternelle et néonatale.

Le coordonnateur du PISAM, le Dr Séni Kouanda, a souligné que le Pôle d’information en santé maternelle et néonatale est une initiative de l’Institut de recherches en science de la santé (IRSS) avec la collaboration du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA). Il a confié que le PISAM a été créé suite à une étude menée sur la santé maternelle et néonatale. Des résultats obtenus, il ressort que beaucoup de données sont disponibles mais malheureusement peu exploitées par les décideurs politiques. Il révèle également que l’accessibilité de ces données posent parfois problème. Pour lui, le PISAM est né pour combler les insuffisances constatées dans la non-utilisation des données sur la santé maternelle et néonatale. Et c’est pour apporter des solutions adéquates à cette problématique que la vingtaine de participants à cet atelier vont réfléchir sur la collecte des données et l’analyse de ces données pour que in fine les décideurs politiques, le public, les prestataires de santé et les gestionnaires de programmes dans le domaine de la santé puissent se les approprier. Pour sa réussite, des outils de communication comme la création d’un site et l’édition d’un journal seront bientôt mis à contribution. Selon le coordonnateur, Dr Séni Kouanda, tout cela aura pour objectif d’informer et de sensibiliser les décideurs politiques mais aussi permettre que l’accès à l’information sur la santé maternelle et néonatale soit une réalité dans les pays concernés. Le Directeur de la santé des adolescents, des jeunes et des personnes âgées, Dr Narcisse Mathurin Naré, a rappelé l’engagement pris par les Etats africains dans la mise en oeuvre de différentes stratégies de réduction de la mortalité maternelle et néonatale à travers les axes 4 et 5 des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Il reconnaît l’absence de mécanismes permettant leur accessibilité par les décideurs, les partenaires techniques et financiers mais aussi leur accessibilité à tous les échelons du système de santé. "Le plus souvent, les données disponibles sont brutes et l’on dispose de très peu d’analyses autour de ces informations", a-t-il mentionné. Il a laissé entendre que cet atelier contribuera sans nul doute à une meilleure compréhension de la mise en oeuvre des stratégies de réduction de la mortalité maternelle et néonatale ainsi qu’à une meilleure évaluation de leur efficacité.

Ambèternifa Crépin SOMDA (Collaborateur)

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !