Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Administration des vaccins chez l’enfant : les pédiatres et les paramédicaux renforcent leurs connaissances - 28/10/2011 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La Société burkinabè de pédiatrie, en collaboration avec Sanofi Pasteur, ont organisé les 26, 27 et 28 octobre 2011, une formation en vaccinologie, dénommée Prévac+. La rencontre a regroupé des médecins-pédiatres et des paramédicaux.

"Il ne suffit pas d’inventer des vaccins. Il est également nécessaire de veiller à ce qu’ils soient utilisés en gardant à l’esprit, toutes les questions médicales, économiques, logistiques, politiques et éthiques qu’ils soulèvent". C’est pour rester dans cette logique du scientifique Jonas Salk, auteur du vaccin contre la poliomyélite, que la Société burkinabè de pédiatrie (SOBPED) et Sanofi Pasteur ont organisé les 26, 27 et 28 octobre 2011 à Ouagadougou, cette formation en vaccinologie (Prevac+) au profit des médecins pédiatres et les paramédicaux.
A entendre le responsable de Sanofi Pasteur, région Afrique occidentale et du Centre (AOC), le docteur Elia Aka Gilbernair, Prevac+ est un programme visant à favoriser le développement de la prévention par la vaccination. Le "+" de Prevac+ symbolise selon lui, deux nécessités : celle d’élargir la protection des enfants de 0 à 1 an avec des valences non prises en compte par le Programme élargi de vaccination (PEV) et de pérenniser les actions du PEV en encourageant la politique du rappel. Elle symbolise également la nécessité de mieux informer les populations afin qu’un nombre croissant de personnes ait recours à une protection vaccinale.

Prevac+ a, à en croire celui-ci, un objectif principal qui est de mettre en place un programme de formation spécifique et pratique des professionnels des pays de la zone Afrique occidentale et du Centre (AOC) afin d’améliorer la qualité de la prescription/administration et de la sensibilisation des populations sur la prévention par la vaccination. Mais il a pour objectifs spécifiques, l’amélioration des connaissances des professionnels de santé sur les stratégies de pérennisation de la protection conférée au PEV et sur les vaccins administrables en complément du PEV. Il ambitionne également de développer leur capacité à construire un plan de communication pour la sensibilisation des populations à la prévention par la vaccination.

La formation comporte quatre modules portant sur la vaccinologie de base, les maladies infectieuses et les vaccins, la vaccinologie pratique et l’IEC/CCC (Information, éducation, communication/Communication pour le changement de comportement) . Le Burkina est le quatrième pays après le Cameroun, la Côte d’Ivoire et le Sénégal à bénéficier de ce programme.

Pour le docteur Elia Aka Gilbernair, Sanofi Pasteur, en plus de fabriquer des vaccins de qualité, participe à la formation des populations. "En faisant le tour des différents pays, nous avons constaté qu’il y avait un réel besoin de formation. C’est pourquoi nous avons initié ce programme à l’intention des médecins et des professionnels de la santé afin qu’ils soient mieux armés pour sensibiliser les populations et mieux présenter les vaccins...", a-t-il souligné.

Le président de la Société burkinabè de pédiatrie (SOBPED), le Pr François Housséni Tall, a justifié l’intérêt de cette formation par le fait que les pédiatres sont les principaux acteurs de la santé de l’enfant. "Ce sont eux qui prescrivent les vaccins, suivent leur administration et les effets secondaires. Il est important qu’ils soient recyclés car en matière de vaccin il y a des progrès énormes. Il est donc indispensable que nous fassions le point de nos connaissances et de recevoir de nouvelles parce nous sommes dans un domaine qui évolue tous les jours...", a relevé le Pr Tall.

Etienne NASSA

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !