Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Pratique de sage-femme : le rapport mondial livré - 27/11/2011 - Le pays - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le lancement du rapport mondial sur la pratique de sage-femme a eu lieu le 24 novembre 2011 à Ouagadougou. Ce rapport fait le diagnostic de la profession de sage-femme. Placée sous le thème "Naissances réussies, vies sauvées", la cérémonie de lancement dudit rapport a été présidée par le représentant du ministre de la Santé, Dr Souleymane Sanou.

"Veiller à ce que chaque mère et chaque nouveau-né aient bien accès à des soins dispensés par une sage-femme qualifiée exige de prendre des mesures audacieuses." Tels sont les propos du Secrétaire général de l’ONU, Ban-ki Moon, concernant la santé des femmes et des enfants. Ces propos dénotent de l’importance de la sage-femme de nos jours. Conscient de cet état de fait, le ministère de la Santé a procédé au lancement du rapport mondial sur la pratique de sage-femme. La cérémonie de lancement a eu lieu le 22 novembre 2011 à Ouagadougou. Ce lancement offre l’opportunité de recadrer les actions afin de favoriser la formation d’accoucheurs qualifiés et compétents à même de contribuer efficacement à la réduction de la morbidité et de la mortalité maternelle et néonatale. Conditions essentielles pour l’atteinte d’indicateurs améliorés dans le domaine de la santé maternelle et néonatale. Le représentant du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), Dr Mamadou Kanté, a affirmé que pour l’UNFPA, "aucune femme ne doit mourir en voulant donner la vie".

Pallier le triple déficit de compétence

Pour lui, des efforts louables sont déployés pour rendre accessibles les soins à la mère et à l’enfant. Mais l’accès aux soins par un personnel qualifié, particulièrement de la sage- femme reste limité. "La conséquence majeure de cette situation est que le pays enregistre un taux de mortalité maternelle très élevé", a-t-il ajouté. Dr Mamadou Kanté nourrit l’espoir que des mesures vigoureuses seront prises pour pallier au triple déficit de compétences, de couverture et d’accès en vue de s’assurer que chaque mère, chaque nouveau-né a bien accès à des soins dispensés par une sage-femme dans toutes les régions du Burkina. Pour arriver à un tel résultat, a-t-il précisé, la mobilisation, l’engagement de tous est nécessaire. Dr Souleymane Sanou, secrétaire général du ministère de la Santé, représentant du ministre, a tout d’abord souligné que le lancement de ce rapport traduit l’adhésion du Burkina Faso à l’initiative de l’UNFPA. Cette initiative entre dans le cadre du renforcement de la capacité des personnels intervenant dans la santé maternelle et infantile. Pour lui, "le rapport va permettre de faire le point sur les progrès réalisés dans la pratique de sage-femme et situer le gap à combler". Il n’a pas manqué de relever le nombre insuffisant des accoucheurs par rapport au besoin réel. En effet, en 2010, 1 057 sages-femmes et maïeuticiens ont été recensés, soit un ratio d’une sage-femme pour 14 985 habitants. Ce qui montre que les besoins sont loin d’être satisfaits. Le rapport mondial sur l’état de la pratique de sage-femme a été présenté au Congrès triennal de la Confédération internationale des sages-femmes en juin dernier à Durban, en Afrique du Sud. Par ailleurs, le 6 mai 2009, le Burkina Faso a lancé officiellement son projet de renforcement des capacités des sages-femmes. Ce projet en cours est une réponse aux nombreux défis dans le domaine de la santé maternelle.

L’état des lieux sur la pratique de sage-femme

  • Seulement 11 pays sur 58 ont au moins 6 sages-femmes pour 1 000 naissances
  • Aucun pays africain au sud du Sahara n’a 6 sages-femmes pour 1 000 naissances.
  • Burkina Faso : 5 sages- femmes pour 1 000 naissances. Alors, trois piliers sont nécessaires pour la pratique de sage-femme
  • les programmes de formation des sages-femmes ;
  • la réglementation de la profession ;
  • le développement des associations professionnelles.

Source : Rapport sur la pratique de sage-femme

Françoise DEMBELE

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !