Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Menace de rupture d’ARV : on fait comment ? - 06/12/2011 - Le pays - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Des associations de lutte contre le Sida ont sonné l’alarme la semaine dernière. Le Faso risque d’être en rupture d’ARV après mars 2012. L’information a fait l’effet d’une bombe. Au Burkina, ce sont 36 000 personnes qui sont sous ARV, et qui bénéficient de la gratuité des ARV. On dénombre également 1800 enfants dans ce cas. Ceux-là sont couverts jusqu’en mars, selon les explications des représentants des associations.

Concrètement, cela veut dire que les structures de prise en charge gratuite ne peuvent plus prendre de nouveaux patients maintenant jusqu’en mars. Après ? Ce sera l’inconnu pour tout le monde. Un scénario inimaginable pour les patients qui seront sans assistance si rien n’est fait. Il ne faut cependant pas céder à la panique. Car, la sortie des associations de lutte contre le VIH, vise justement à attirer l’attention de l’opinion, des autorités et des partenaires sur les risques d’un assèchement des ressources dans la lutte contre la maladie, et plus précisément au niveau de la prise en charge des ARV. Plus proches des malades, ces associations connaissent mieux que quiconque les revers sociaux encourus si le robinet venait à se fermer subitement. Les faits sont pourtant têtus.

Du fait de la crise qui secoue les principaux pays contributeurs, les fonds se font de plus en plus rares. La preuve, le Fonds mondial de lutte contre le Sida, le paludisme et la tuberculose ne financera pas de nouveaux programmes avant 2014. Il faudra se résoudre, dans l’urgence, à trouver des solutions endogènes pour gérer ces moments difficiles. A quelque chose malheur est bon, dit-on. Les pays pauvres comme le Burkina se sont longtemps adossés à la générosité de la communauté internationale, contrainte de mettre la main à la poche pour sauver une partie de l’humanité qui, si rien n’avait été fait, aurait été décimée par la pandémie. L’espoir de contenir le mal est réel. Il recule dans une certaine mesure. Et, c’est au moment où il faut maintenir les efforts de la recherche et la prise en charge et de la prévention que l’argent, le nerf de la guerre se fait désirer. Il faut trouver des alternatives aux financements classiques. Nos pays ont-ils jamais réfléchi à cela, aux financements innovants ? Pas si sûr. Le Burkina a bien tenté, par le biais des associations, un « sidathon », il y a quelques années. A peine 10 millions de F CFA récoltés. Trop insignifiant face aux défis. Le hic dans tout cela, les organisateurs, comme s’ils ont été découragés par cette première expérience, n’ont plus rebelotté. L’action des activistes du SIDA entre dans le cadre de leur plaidoyer et devrait donc interpeller les Africains, leurs opinions publiques sur leur engagement et leur participation financière à la lutte. On a trop longtemps tendu la sébile et certains acteurs n’ont pas toujours été exemplaires dans la gestion de la manne reçue. De tous ces travers, il faudra tirer leçons, les bonnes, afin de resserrer les rangs des acteurs de la lutte contre le VIH/Sida. Il en est de même pour les gouvernements qui ont longtemps basé toutes leurs stratégies sur l’argent venu d’ailleurs. Ils se retrouvent aujourd’hui dans un cul de sac, et il faudra faire preuve d’ingéniosité pour en sortir. C’est une question de responsabilité et de souveraineté.

Abdoulaye TAO

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !