Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Journée mondiale de lutte contre la tuberculose à Gaoua : appel à un engagement individuel et collectif contre la maladie - 27/03/2012 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Burkina Faso a célébré, le vendredi 23 mars 2012, la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose. C’est la ville de Gaoua dans la région du Sud-Ouest, qui a abrité la cérémonie commémorative présidée par le ministre de la Santé, le Pr Adama Traoré. « Zéro décès dû à la tuberculose » et « Un monde libéré de la tuberculose », sont les slogans retenus au Burkina Faso pour célébrer la Journée de lutte contre la tuberculose dont le thème retenu au plan mondial est « Halte à la tuberculose de mon vivant ».

Par ces slogans, le ministère en charge de la santé publique veut montrer combien il faut redoubler d’efforts pour faire de cette maladie, un souvenir lointain. La cérémonie a été l’occasion pour les premiers responsables du ministère de la Santé, de faire un flash-back pour constater les résultats engrangés dans la lutte, contre cette maladie, et formuler des perspectives plus efficaces pour la poursuite de la lutte. Selon le ministre de la Santé, le Pr Adama Traoré, la situation de la tuberculose demeure préoccupante au Burkina. En 2011, 5 543 cas ont été dépistés, soit environ 62% de l’estimation annuelle. Le taux de succès des traitements est approximativement de 77% au plan national. La région du Sud-Ouest, qui a accueilli la célébration de cette journée en 2012, reste en deçà de la moyenne nationale, avec 371 cas dépistés en 2011 et un succès au traitement de 76 % environ. D’où le besoin crucial de multiplier les efforts pour cette partie du Burkina Faso. Le ministre Adama Traoré a par ailleurs, salué l’engagement de tous ceux qui, de nuit comme de jour, travaillent à la réalisation du rêve d’« Un monde sans tuberculose », avant de rappeler que chaque personne peut et devrait joindre son pas à la lutte contre la maladie. Même son de cloche chez la représentante de l’OMS, Djamila Cabral, qui a appelé à un engagement individuel et collectif pour barrer la route à la maladie. « Avec l’engagement de tout le monde, nous sommes convaincus que la tuberculose pourra figurer dans les pages de l’histoire comme c’est le cas d’autres maladies infectieuses vaincues au Burkina Faso », a-t-elle souligné. Quant aux malades de la tuberculose représentés par Pulchérie Da, outre l’appel à plus de mobilisation lancé en direction de tous, ils ont déploré les cas de marginalisation dont ils sont parfois victimes, et rappelé que la tuberculose n’est pas une fatalité. Diverses activités ont marqué cette journée particulière. Parmi elles, la course cycliste partie de Dano à 73 km de Gaoua a vu la participation de 11 clubs avec un total 55 coureurs.

Les réalités du CHR et du CMA de Gaoua

Il y a eu également le lancement des Journées nationales de vaccinations (JNV) 2012 dans la matinée du 23 mars, des matchs de football, des concours scolaires, des animations grands publics et des causeries éducatives. Les efforts de quelques acteurs de la lutte à l’instar des districts sanitaires de Sebba, Kombissiri, Signoguin, Orodara, de l’Office du développement des églises évangéliques/section de Toma (ODE), et de l’association des tradi-praticiens du Kadiogo ont été récompensés.

A la suite de la cérémonie commémorative de la Journée de lutte contre la tuberculose 2012, le Pr Adama Traoré et sa délégation ont effectué des visites au centre hospitalier régional (CHR) et au centre médical avec antenne (CMA) de Gaoua, en présence du gouverneur du Sud-Ouest, Hadja Karidia Zanpalégré. Ils ont pu constater de visu, les réalités qui animent la vie des deux services. Du CHR au CMA, le ministre dit avoir fait le même constat. Des équipes bien organisées et cohérentes, dont les prestations sont malheureusement affectées par un certain nombre de difficultés. Ce sont essentiellement, l’étroitesse ou l’état défectueux de certains locaux, l’insuffisance du matériel médico-technique et le manque de personnel. Et le ministre de les féliciter en leur prodiguant ses encouragements. « C’est dans l’insuffisance que l’on reconnait le vrai manager », a-t-il dit. Par ailleurs, le ministre et sa délégation ont promis de travailler en réponse aux difficiles conditions qui entachent le fonctionnement du CHR et du CMA. La visite a également permis de réaliser qu’il y a encore des poches de résistance dans la ville de Gaoua quant à la planification familiale. Elle serait qualifiée de « satanique » par certains groupes sociaux. A cela s’ajoute l’existence de zones où le taux de fécondité serait en-dessous de la moyenne. La délégation a promis d’en faire un sujet de recherche.

Karim BIKIENGA

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !