Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre le SIDA : Vers une prise en charge gratuite des examens biologiques - 05/12/2006 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Burkina Faso a célébré, à l'instar des autres pays, la Journée mondiale de lutte contre le Sida à Dori, chef-lieu de la région du Sahel, le vendredi 1er décembre 2006. Encore, toute la communauté s'est coalisée pour dire non à la pandémie du VIH-Sida à travers le thème «Stop Sida» et le slogan «tenons notre promesse». La communauté internationale a une fois de plus, invité tous les pays du monde à unir leurs forces pour lutter contre le Sida à travers le thème «stop Sida» et le slogan «tenons notre promesse».

Un thème et un slogan qui viennent comme un réveil-matin rappeler gouvernements, institutions internationales, travailleurs, groupes religieux et coutumiers, associations et ONG, etc, leurs engagements en vue de réduire,voire stopper la propagation du VIH afin de minimiser son impact négatif sur les populations.

Les autorités politiques administratives et les partenaires au développement ont tous reconnu à Dori qu'au Burkina Faso, beaucoup d'efforts sont faits dans ce sens à tous les niveaux au regard de l'engagement toujours renouvelé des acteurs de tous les secteurs. Ces efforts ont été salués par les personnes vivant avec le VIH (PVVIH) à travers leur représentant, Amadou Tamboura, lorsqu'il souligne que «c'est aujourd'hui l'occasion pour moi de remercier les autorités de ce pays et les partenaires pour les énormes initiatives déployées quotidiennement afin de soulager la personne vivant avec le VIH-Sida de la maladie, de la dépendance socio-économique, de l'abandon, du rejet, de l'isolement».

M. Tamboura d'énumérer entre autres la disponibilité des médicaments contre les infections opportunistes, la mise à disposition des services de prise en charge des PVVIH, y compris la prise en charge médicale par les antirétroviraux (ARV), la création du Fonds de solidarité envers les malades et les orphelins du Sida (FSMOS).

Le ministre de la Santé, Alain Bedouma Yoda, premier vice-président du Conseil national de lutte contre le Sida et les infections sexuellement transmissibles (CNLS-IST) et le secrétaire permanent, du CNLS-IST, Joseph André Tiendrébéogo, égraineront un chapelet d'acquis, conformément aux différents axes du Cadre stratégique de lutte contre le Sida (CSLS).

«L'ensemble des efforts conjugués a permis la réduction du taux de prévalence estimé à présent à 2% selon la dernière situation publiée par l'ONU-Sida» a reconnu le ministre Yoda. Toutefois, le Burkina Faso est toujours en situation d'épidémie généralisée, situation d'autant plus préoccupante que ce sont les femmes et les jeunes de 15 à 24 ans qui sont les plus touchés, nécessitant encore plus d'efforts.Ce qui amène de plus en plus des spécialistes à parler de féminisation de l'infection à VIH.

En tous les cas, les PVVIH souhaitent un élargissement de la prise en charge médicale et psychosociale et la gratuité des ARV, un soutien financier pour les examens médicaux, le déplacement et la nourriture, la création d'activités génératrices de revenus.
Dans cet ordre d'idées, M. Joseph André Tiendrébéogo évoque l'insuffisance dans la coordination des actions entre les acteurs, le retard dans l'élaboration et l'adoption des plans d'actions et des micros-projets et dans le déblocage des fonds, la complexité et la lourdeur des procédures de certains mécanismes de financement.

Pour autant, l'espoir est permis que ces difficultés seront résolues pour faciliter la mise en ouvre adéquate du CSLS 2006-2010. En tout état de cause, la requête du Burkina a été acceptée au 6e round du fonds mondial pour un montant de 30 milliards. Il y a également la signature de convention avec la Fondation Clinton et l'appui de la Banque mondiale d'un montant de 25 milliards.
Le ministre de la Santé Alain Yoda espère que ces disponibilités permettront d'envisager pour le compte de l'année 2007, une réduction conséquente de la contribution des malades au traitement et la prise en charge gratuite des examens biologiques.

Au demeurant, les partenaires techniques et financiers, par la voix de leur représentant Georg Charpentier du PNUD, ont magnifié la vitalité de l'engagement du chef de l'Etat Blaise Compaoré, président du CNLS, de son gouvernement mais également des populations du Burkina Faso : «Nous avons besoin d'une alliance élargie, d'un partenariat solide entre les gouvernements, les PVVIH, la société, les organisations communautaires, le secteur privé, le monde scientifique, en somme, toutes les forces vives de la Nation pour une union sacrée par l'engagement à sauver les vies humaines. Soyez-en rassurés, le système des Nations unies et les partenaires techniques et financiers ne ménageront aucun effort pour accompagner le gouvernement du Burkina Faso face à cette pandémie du siècle» a noté Georg Charpentier.

Charles OUEDRAOGO

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !