Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre les mutilations génitales féminines : vers l’atteinte de la tolérance zéro - 17/06/2013 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le comité de pilotage du fonds commun pour la mise en œuvre du plan d’action national 2009-2013 de promotion de l’élimination des mutilations génitales féminines a tenu sa première session de l’année 2013, le vendredi 14 juin 2013 à Ouagadougou. Il s’est agi pour ledit comité de dresser le bilan physique et financier de l’année écoulée.

27 dénonciations, 31 filles sauvées, 164 filles excisées, 8 auteurs et complices condamnés dont 3 exciseuses. C’est ce qui ressort du bilan de l’année écoulée du comité de pilotage du fonds commun pour la mise en œuvre du plan d’action national 2009-2013 de promotion de l’élimination des mutilations génitales féminines dans la perspective de la tolérance zéro. Au cours de la première session de l’année 2013 dudit comité le vendredi 14 juin 2013 à Ouagadougou, les participants ont examiné le bilan physique et financier du programme d’activités prioritaires 2012 et par la même occasion, échanger sur les activités prioritaires de l’année 2013. Pour un coût global de six milliards cinq cent vingt-trois millions de FCFA, le plan d’action national 2009-2013 a été décliné en plans d’action prioritaires annuels. Selon le représentant du ministre de l’Action sociale, Joanin Kaboré, la mise en œuvre des plans d’actions prioritaires a permis de renforcer les capacités des structures déconcentrées du Secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre la pratique de l’excision(SP/CNLPE) et de ses acteurs de terrain. Il s’est agi également de réduire le taux de prévalence de la pratique des mutilations génitales féminines sur la tranche d’âge de 0 à 14 ans.

La nécessité à redoubler d’effort

Avant de rappeler que le plan d’action national 2009-2013 est à sa dernière année, M. Kaboré a évoqué la nécessité de redoubler d’effort pour optimiser l’atteinte des objectifs escomptés, de réfléchir à l’élaboration d’un prochain plan d’action national et des mesures à prendre avant son opérationnalisation. « La session a pour objectif d’une part, d’accompagner de façon adéquate le SP/CNLPE dans ses interventions en faveur de l’élimination des mutilations génitales féminines au Burkina et d’autre part, de répondre aux critères de transparence et de crédibilité dans la gestion des fonds alloués pour le financement de nos activités », a-t-il ajouté. Quant au rapporteur du SP/CNPLE, Bernadette Bonkoungou, elle a estimé que le plan d’action annuel 2009-2013 permet d’avancer vers l’objectif de la tolérance zéro. « Deux mille victimes de séquelles de l’excision devraient être réparées au cours de nos activités. Nous sommes à mille six cent soixante-sept victimes environ réparées pour l’année 2012 », a-t-elle soutenu.

Ismaël OUEDRAOGO

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !