Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre le SIDA : des directives pour réduire la mortalité et renforcer la prévention - 20/10/2013 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Conseil national de lutte contre le SIDA (CNLS-IST) a organisé avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’ONUSIDA, le jeudi 17 octobre 2013 à Ouagadougou, un atelier de lancement des nouvelles directives 2013 de l’OMS, pour le traitement et la prévention de l’infection à VIH et le cadre de traitement 2015 de l’ONUSIDA.

Lors de la 63ème session du comité régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Afrique, tenue du 2 au 6 septembre 2013 à Brazzaville (République du Congo), le Burkina Faso, à travers le ministère de la Santé a déclaré son adhésion aux orientations et recommandations des lignes directrices consolidées 2013. C’est ainsi que la cérémonie de lancement de ces nouvelles directives a eu lieu, le jeudi, 17 octobre 2013 à Ouagadougou. Cet atelier national de lancement des nouvelles recommandations 2013 de l’OMS et du cadre de traitement 2015 de l’ONUSIDA est conjointement organisé par le gouvernement à travers le Secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le SIDA, de l’Organisation mondiale de la santé et de l’ONUSIDA. Il vise à aborder les enjeux et les implications majeures des principales recommandations sur l’utilisation des antirétroviraux et les actions proposées aux différents pays pour adapter et appliquer les lignes directrices définies. Il permettra également au Burkina Faso de s’engager pour l’application des nouvelles recommandations 2013 de l’OMS et le cadre de traitement 2015 de l’ONUSIDA afin de renforcer l’accès aux soins et au traitement par les personnes vivants avec le VIH.

Selon le secrétaire permanent du CNLS-IST, M. Didier Romuald Bakouan, ces directives consistent à mettre plus de personnes sous traitement et à renforcer la prévention. On utilise maintenant le traitement comme un des moyens de prévention de la transmission du VIH, dont l’une des premières est de mettre plus précocement les personnes vivants avec le VIH sous traitement. Il a aussi indiqué que la prévention est un ensemble de recommandations et sa réalisation ne peut se concrétiser que si les gens connaissent leurs statuts. Selon les nouvelles directives, « Nous devons tout faire en amont pour amener les gens à connaître leurs statuts de manière à les mettre précocement sous traitement et en aval, travailler à rendre disponible les traitements dans tout le Burkina et dans les régions les plus décentralisées », s’est-il convaincu. Ces lignes directrices visent à consolider les orientations existantes et nouvelles qui couvrent tous les aspects à l’utilisation des ARV pour le traitement et la prévention de l’infection à VIH pour des populations, des groupes d’âge et des environnements différents. Elles servent également d’outils de référence que les pays peuvent adopter et adapter à leur contexte.

De l’avis de Djamila Cabral, représentante-résidente de l’Organisation mondiale de la santé, plusieurs innovations sont introduites par l’OMS dans la prise en charge des malades du VIH /SIDA. En effet, il y a des innovations liées au traitement des enfants qui naissent de mères séropositives et la prévention de la transmission mères-enfants et celles liées au suivi des malades qui ont la tuberculose et d’autres infections en même temps que le VIH. Pour elle, avec les nouvelles directives, le nombre de personnes ayant besoin d’ARV va augmenter de façon significative et cela constituera un fardeau pour le système de santé. Pour elle, ces recommandations constituent un ensemble de propositions dont les différents volets de la prise en charge ou de la lutte contre le VIH sont traités. « C’est un document qui concerne aussi bien la prévention, le dépistage ainsi que le traitement et dans ce même document, vous avez tout ce qui concerne les adultes, les enfants, les adolescents et les femmes enceintes », a-t-elle souligné.

A entendre le coordonnateur-pays de l’ONUSIDA, M. Salvator Niyonzima, avec les nouvelles recommandations, il y aura 25 millions de personnes éligibles au traitement antirétroviral dans le monde entier. Et à travers ce proverbe bien connu qui dit que « Ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières », il a appelé chaque pays à jouer sa partition pour l’atteinte de ces chiffres. Cette nouvelle approche pourrait permettre d’éviter 3 millions de décès et de prévenir 3,5 millions de nouvelles infections par le VIH dans le monde d’ici à 2025.

Awa OUEDRAOGO
Jude SOME

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !