Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre la mortalité infantile : deux nouveaux vaccins pour sauver les enfants - 05/11/2013 - Aouaga - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’épouse du chef de l’Etat, Chantal Compaoré, a procédé au lancement officiel de deux nouveaux vaccins, le jeudi 31 octobre 2013 à Tanghin-Dassouri. Il s’agit des vaccins pneumococcique conjugué 13-valent PCV13 et antirotavirus pentavalent Rotateq. Désormais les enfants du Burkina Faso seront immunisés contre le pneumocoque et le rota virus. En effet, les deux vaccins combattant ces virus ont été lancés le jeudi 31 octobre 2013 dans la commune rurale de Tanghin-Dassouri, située à une vingtaine de kilomètres de Ouagadougou, par la première Dame du pays, Chantal Compaoré. Il s’agit respectivement du vaccin pneumococcique conjugué 13-valent PCV13 et de celui antirotavirus pentavalent Rotateq.

« Pour compter d’aujourd’hui, tous les enfants de 0 à 11 mois recevront en plus des vaccins habituels du Programme élargi de vaccination, sur toute l’étendue du territoire, ces deux nouveaux vaccins », a précisé le ministre de la Santé, Léné Sebgo. Pour le premier responsable de la santé au Burkina Faso, ces médicaments seront administrés gratuitement aux enfants. « La vaccination est prise en charge par l’Etat et les partenaires techniques et financiers. Il n’y a rien à payer dans les centres de santé », a-t-il ajouté. Selon le ministre, avec ces nouvelles introductions vaccinales, la mortalité infantile va considérablement diminuer dans le pays, pour peu que les mères acceptent faire vacciner leur progéniture. A cet effet, la première Dame a invité tous les parents à fréquenter les services de vaccination. L’Organisation mondiale de la santé, par la voix de sa représentante au Burkina, Jamila Cabral, a reconnu que le pneumocoque est responsable d’un grand nombre de cas de pneumonie, d’otite et de méningite et le rota virus est le principal agent causal des diarrhées aigues chez les nourrissons. Ainsi, en 2010, sur 4,199 millions de décès survenus chez les enfants de moins de cinq ans en Afrique, 18% étaient attribuables aux infections à pneumocoque et 19% à celle à rota virus. Au plan national le ministre de la Santé a souligné que chaque année, le pneumocoque est à l’origine de 20 000 décès d’enfants de moins de cinq ans et le rota virus affecte dans la même période 90% des enfants de moins de deux ans. Cette action a été financée, selon Léné Sebgo, par l’Etat et ses partenaires techniques et financiers à plus de 16 milliards de FCFA pour la période 2013-2015.

Steven Ozias KIEMTORE

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !