Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre le paludisme : un nouveau projet national lancé à Louargou - 19/01/2014 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le ministère de la Santé et l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique au Burkina Faso ont lancé officiellement, le vendredi 10 janvier 2014, le projet « Improving malaria care (IMC) » ou « Intensification de la lutte contre le paludisme » en français. La cérémonie a eu lieu à Louargou à une trentaine de kilomètres de Fada N’Gourma.

Louargou, village de la commune de Diapangou dans la province du Gourma, région de l’Est, a abrité le lancement officiel du projet « Intensification de la lutte contre le paludisme » le vendredi 10 janvier 2014. C’est le ministre de la Santé, Lené Sebgo, qui a prononcé le discours de lancement du projet en présence de l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique, Tulinabo Salama Mushingi, de plusieurs autres partenaires au développement et des autorités administratives de la région. C’est un projet national de cinq ans financé par le peuple américain à travers l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID). Son coût est estimé à quinze millions de dollars, soit sept milliards et demi (7 500 000 000) de FCFA. Il sera mis en œuvre par deux structures partenaires du ministère de la Santé que sont l’Organisation non gouvernementale (ONG) Jhpiego et le Programme de marketing social et de communication pour la santé (PROMACO), en étroite collaboration avec le Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP).

La contribution de Jhpiego est essentiellement attendue dans le volet renforcement du système de santé et des capacités humaines. PROMACO misera pour sa part sur la communication pour le changement de comportement. Selon ses initiateurs, cinq principaux objectifs sont visés par le projet. Il s’agit de renforcer les connaissances sur le paludisme dans le système de santé, accroître l’offre et la qualité des services, étendre les services de santé au niveau communautaire et améliorer les demandes des populations et les capacités des prestataires. Aussi, un accent sera mis, selon eux, sur les mesures de prévention, la prise en charge des patients et le renforcement des capacités de prévention. Le projet devrait permettre de soulager prioritairement les femmes enceintes du Burkina et les enfants de moins de cinq ans qui représentent les cibles les plus vulnérables du paludisme.

Pour l’ambassadeur, Tulinabo Salama Mushingi, la concrétisation du projet émane de la ferme volonté du président Barack Obama d’aider le Burkina à réduire considérablement les cas de paludisme qui constitue aujourd’hui la première cause de consultation et de mortalité. « La lutte contre le paludisme est un objectif majeur de l’aide au développement du gouvernement américain et contribue à la vision du président Obama », a-t-il déclaré.

La paludisme, le souci des Etats-Unis

Il a rappelé que dans cet élan, son pays soutient le ministère de la Santé burkinabè à hauteur de 4,7 milliards de FCFA par an pour financer les interventions et stratégies prioritaires du PNLP. Hormis ce volet, a-t-il ajouté, leurs actions s’étendent à l’acquisition des intrants tels que les médicaments antipaludéens, les tests de diagnostic rapide, les kits d’urgence et les moustiquaires imprégnées. Il a par ailleurs dit sa joie d’être à la cérémonie de lancement de ce projet aux « objectifs nobles ».

Le ministre Lené Sebgo a reconnu que certes, des actions fortes sont entreprises par le gouvernement burkinabè dans la lutte contre le paludisme mais il y a encore beaucoup à faire. Pour cela, il a exprimé les reconnaissances du gouvernement burkinabè et celles des populations au peuple américain à travers leur ambassadeur. « Le paludisme demeure un défi majeur pour le gouvernement. Nous cherchons toujours les meilleures solutions pour le faire reculer et ce projet constitue pour nous un moyen d’intensification de la lutte », a-t-il fait savoir. Pour lui, les possibilités de tests de diagnostic rapide qu’offrira le projet permettront d’avoir de meilleures statistiques pour faire de bonnes planifications.

De son côté, le chef du projet IMC, Paul Nébié, a exhorté les prestataires de santé, à tous les niveaux du système, à unir leurs actions afin de permettre au Burkina de faire reculer le paludisme car « le succès de toute politique dépend de la qualité des ressources humaines chargées de sa mise en œuvre ».

Une trentaine de femmes ont reçu, lors de la cérémonie, du savon et des moustiquaires imprégnées.

Daniel ZONGO

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !