Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


Consultez la fiche de synthèse « J'ai mal à la tête » élaborée pour vous par les experts du Club douleur Afrique

« Chacun d'entre nous a mal à la tête au moins une fois au cours de l'année. Il peut prendre différentes formes et durer de quelques heures à quelques jours. Les maux de tête les plus fréquents sont les céphalées de tension et la migraine. Les femmes ont plus souvent mal à la tête que les hommes. Les causes des maux de tête sont généralement sans gravité mais peuvent plus rarement être un symptôme d'une autre maladie plus sérieuse. »

Quels sont mes symptômes ?

Comment soulager ma douleur ?

Consultez la fiche de synthèse « J'ai mal à la tête » élaborée pour vous par les experts du Club douleur Afrique pour savoir comment :

  • Identifier le mal en fonction de vos symptômes ;
  • vous soulager efficacement et rapidement ;
  • diminuer les risques de le subir à l'avenir.

Consultez la fiche de synthèse « J'ai mal à la tête » élaborée pour vous par les experts du Club douleur Afrique

Consultez la fiche de synthèse « J'ai mal à la tête » élaborée pour vous par les experts du Club douleur Afrique

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Pour des décisions politiques pertinentes : valorisation des résultats de la recherche en santé - 11/03/2014 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’ouverture du sixième atelier sur le projet : « Supporter l’utilisation des résultats de la recherche dans la prise de décision », en abrégé, projet SURE, a eu lieu le 10 mars 2014, à Ouagadougou et a marqué la fin de ce projet. Les participants ont discuté des résultats engrangés durant sa mise en œuvre dans les pays membres.

Le projet : « Supporter l’utilisation des résultats de la recherche dans la prise de décision », communément appelé projet SURE, a pris fin, par la rencontre de Ouagadougou, tenue le 10 mars 2014. Elle a regroupé les pays membres dudit projet, notamment, le Burkina Faso, le Cameroun, la République centrafricaine, le Congo, le Mozambique, la Zambie, le Kenyan et l’Ouganda. Ce projet, lancé en 2009, à Kampala, en Ouganda, a eu un impact positif dans les pays bénéficiaires. La responsable nationale au Burkina Faso, Mme Salimata Ki/Ouédraogo, a révélé qu’au Burkina Faso, ce projet a éclairé les prises de décision en santé et a permis de réduire le taux de mortalité. Elle a expliqué que des équipes ont été formées dans chaque pays pour aider le gouvernement à prendre les meilleures décisions en matière de santé. Le projet prend fin, dit-elle, mais les équipes qui ont été formées dans les différents pays continueront les activités de renforcement des capacités des acteurs intervenant dans la prise de décision. Elle estime que le bilan est positif, dans l’ensemble.

Valoriser les résultats de la recherche et éclairer les prises de décisions politiques

Selon Mme Salimata Ki/Ouédraogo, le département de la santé a été associé au projet. Elle a précisé que, dès le début, chaque pays a cherché les résultats sur les sites et les a adaptés à son contexte. Partant de là, des propositions d’actions ont été faites aux politiques, qui, après discussion, ont pris les décisions nécessaires. De l’avis du secrétaire général du ministère en charge de la santé, Amédée Prosper Djiguemdé, le présent atelier se tient dans un contexte mondial de valorisation des résultats de la recherche pour éclairer les décisions politiques. « La recherche pour la santé représente, aujourd’hui, l’une des principales voies permettant une amélioration véritable de la santé des population », a-t-il soutenu. Il a, par ailleurs, cité les quatre notes de politiques sanitaires que le Burkina a élaborées ; à savoir, celles portant sur la réduction de la mortalité maternelle, l’amélioration des allocations budgétaires pour la santé, la viabilisation de l’assurance maladie universelle et l’accélération de la réduction du tabagisme.
Il a souligné qu’il reste à mieux capitaliser et orienter les acquis des recherches menées, pour les traduire en actions favorables à l’amélioration de la santé de la population.

Aimée Florentine KABORE

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !