Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Soutenance de thèse : Pour un traitement efficace du goitre au Burkina - 09/01/2007 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

«Aspects épidémiologiques, cliniques, biologiques et évolutifs des goitres simples traités par du lipiodol à la direction de la nutrition à Ouagadougou». C’est le thème d’une soutenance de thèse, qui a eu lieu le 19 décembre dernier, à l’Unité de formation et de recherche en science de la santé (UFR/SD).

Le cercle des médecins du Burkina Faso s’est une fois de plus élargi, ce 19 décembre avec la soutenance de thèse de M. Abdoulaye Sow. Cette thèse qui a été sanctionnée par la mention très honorable, a porté sur le traitement du goitre. Un thème fort apprécié par l’ensemble du jury présidé par le professeur Théodore Ouédraogo, en ce sens qu’il repose l’efficacité du traitement à l’iode du goitre. Le goitre sévit, selon le docteur Abdoulaye Sow, à l’état endémique au Burkina Faso avec un taux de prévalence estimé à plus de 20%.

Même s’il semble disgracié, les populations ne considèrent jusque-là pas le goitre comme une maladie grave. Pourtant la manifestation physique (enflement de la glande thyroïdienne au niveau du coup) ne constitue que la partie visible de l’iceberg dans la mesure où le goitre est la conséquence la plus évidente des troubles dus à la carence en iode. Au Burkina Faso, le taux élevé de la prévalence du goitre s’expliquerait par la pauvreté des sols et sous-sols en iode. Toute chose qui se répercute sur les denrées agricoles issues de ces sols. Ainsi depuis 1996, des mesures préventives du goitre par le sel iodé et curatives par l’huile iodée ou lipiodol sont officiellement utilisées.

L’efficacité du traitement iodé a été prouvée par beaucoup d’études. Mais dans l’analyse du docteur Sow, il ressort que l’évolution des goitres sous traitement n’est pas satisfaisante. En effet, seuls les goitres jeunes pouvaient disparaître complètement. A un stade avancé, les goitres traités au lipiodol ont tendance à régresser sans pour autant guérir. C’est dire donc que le goitre, une fois installé, régresse difficilement. Toutefois la prévention par une bonne couverture en iode de population s’avère efficace.

Ainsi, comme contribution à l’éradication de cette maladie, le docteur Abdoulaye Sow, a suggéré le traitement précoce comme seul garant de la guérison. D’où la nécessité d’organiser des séances de sensibilisation des populations sur le goitre, et d’assurer la qualité d’iodation des sels en veillant à l’application stricte des règles de la commercialisation. Une formation des prescripteurs de lipiodol s’avère à ce jour également incontournable selon le docteur Sow.

Fatouma Sophie OUATTARA

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !