Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Pédiatrie : 29 nouveaux spécialistes prêts à relever les défis de la santé infantile - 18/04/2018 - Le Faso - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Ils sont au total 29 médecins pédiatres formés à l’UFR Sciences de la santé de l’Université Ouaga 1 Pr Joseph Ki- Zerbo, soit 16 pour la 10ème promotion et 13 pour la 11ème cohorte, à recevoir ce mardi 17 avril, leur parchemin de fin de formation. Baptisées promotions Pr Ludovic kam, ces agents de santé se sont engagés à réduire le taux de morbidité de la mortalité infantile dans leur pays respectif.

« Ce jour constitue pour nous un grand jour, car il couronne la fin de quatre années d’études bien remplies, faites de dure labeur, d’excellence et de partages. Il s’agit de quatre années qui, pour certains d’entre nous, ont semblé à un moment de la formation, une éternité, mais enfin, le grand jour est là ! » a signifié le porte-parole des récipiendaires, Timbila Sam. Heureux d’entrer en possession de leur diplôme d’études spécialisées en pédiatrie, Timbila Sam et ses camarades se disent prêts à contribuer à l’amélioration de la prise en charge des enfants au Burkina, au Congo et au Cameroun.

Mais avant, ces nouveaux pédiatres ont tenu à rendre un hommage au Pr Ludovic Kam, celui-là même qui a assuré la coordination de la formation du diplôme d’études spécialisées de 2006 à 2016. « Il a beaucoup pesé dans le choix de la pédiatrie pour beaucoup d’entre nous. Nous avons trouvé en lui, les vertus d’intégrité, d’amour du travail bien fait, de rigueur scientifique et d’abnégation exceptionnelle. C’est pourquoi, nous avons décidé de porter son nom comme nom de baptême » a-t-il souligné.

Des difficultés demeurent ...

De 2003 à 2017, selon le Pr Diarra Yé, coordonnatrice du diplôme d’études spécialisées en pédiatrie, ce sont au total 15 promotions de 134 médecins, dont 65 hommes et 69 femmes (soit 115 burkinabè et 19 autres nationalités), qui ont été enregistrés au titre de cette formation de 4 ans. Et si à ce jour, cette formation a permis d’accroître le nombre de pédiatres au Burkina, qui est notamment passé d’une dizaine de pédiatres à plus d’une centaine , soit 2 pédiatres par CHR, le Pr Diarra Yé soutient que les défis demeurent énormes. A ce propos, elle a égrené un chapelet des doléances à l’endroit des autorités présentes à cette sortie de promotion. Il est notamment question de l’augmentation du nombre de bourses d’études pour la formation des pédiatres, la mise à disposition d’équipements adaptés dans les régions, l’affectation des pédiatres dans les maternités pour faciliter et renforcer la collaboration obstétrico-pédiatrique. Au titre des recommandations, figurent également l’octroi de bourses de spécialisation, l’ouverture d’au moins deux postes d’assistants en pédiatrie par an pour renforcer l’équipe des encadreurs, l’appui annuel à la formation de pédiatres sous forme de kits et l’accompagnement en documentation. Dans la même veine, le porte-parole des étudiants, Timbila Sam a relevé que dans le cadre de l’amélioration des conditions de formation et d’exercice des pédiatres, il serait judicieux que la fin des études soit dans les délais de la mise en position de stage « car le décalage observé pour certaines promotions pose d’énormes difficultés au plan administratif ».

Ces doléances ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd. Pour sa part, le ministre de l’enseignement supérieur, le Pr Alkassoum Maïga, patron de la cérémonie, a prêté une oreille attentive aux sollicitations relevant de son département. Ainsi, il a rassuré qu’un manuel de procédures pour le recrutement des assistants dans le secteur de la santé en cours de validation, permettra de renforcer l’équipe d’encadreurs en pédiatrie. « C’est une attente légitime. Cette année déjà, on verra si les deux assistants peuvent être positionnés ‘’ a-t-il promis. Et d’annoncer au sujet des retards observés dans l’année scolaire, que les perspectives sont bonnes pour la prochaine rentrée.

Quant aux bourses d’études, il rassure : « 2300 bourses d’études ont été reparties pour cette année, (...) on vient de lancer 250 bourses intermédiaires et la commission siège du 16 au 20 pour la répartition des bourses et dans ce cadre, on va se rapprocher du CIOSPB et de nos partenaires, pour voir comment ils peuvent avoir un regard pour la pédiatrie » a-t-il conclu.

Notons que la présente cérémonie a été placée sous le co-patronage des ministres de l’enseignement supérieur et de la santé, le co-parrainage de la représentante de l’UNICEF au BF et du président de l’UO1.

Nicole Ouédraogo

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !