Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Mai 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mars/Avril 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Burkina Faso : Hypertension artérielle - Un autre fardeau pour la femme enceinte - 15/05/2018 - L'Observateur - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Imaginez-vous une femme enceinte hypertendue ou dont la tension artérielle monte au cours de l'accouchement. Pas besoin de décrire les risques courus par cette femme et son enfant, tant ils sont évidents. Pourtant l'Hypertension artérielle (HTA) est fréquente au cours de la grossesse et touche 10 à 15% des femmes enceintes. Elle constitue un véritable fardeau pour le couple mère-enfant et est la première cause de morbi-mortalité maternelle et fœtale dans le monde.

Les quelques signes de l'HTA, son traitement délicat avec près de 90% des médicaments contre-indiqués, la nécessité d'en faire le dépistage, les bons gestes à adopter, les complications... Dans cet entretien, réalisé le lundi 14 mai 2018 à la Clinique Rama de Ouagadougou, le cardiologue, Sayouba Savadogo fait le dépistage, pose le diagnostic et donne le traitement de l'hypertension. Lisez !

Qu'est-ce que l'hypertension artérielle de la femme enceinte ?

Il y a hypertension artérielle lorsque la pression artérielle est supérieure ou égale à 140/90 mmHg, avec respect de certaines conditions. Chez la femme enceinte, qui constitue un terrain particulier, nous parlons plus de troubles hypertensifs ou de maladie hypertensive parce qu'il y a plusieurs entités nosologiques :

  • l'HTA chronique, cela signifie que la maladie est préexistante, c'est-à dire que la femme était hypertendue avant ou que l'HTA a été découverte avant la 20e semaine d'aménorrhée ;
  • l'HTA gestationnelle ou gravidique : elle survient au cours de la grossesse, entre la 20e semaine d'aménorrhée et la 6e semaine après accouchement ;
  • la pré-éclampsie : c'est la forme la plus redoutable. Elle associe aux chiffres tensionnels élevés la présence de protéines dans les urines. Elle peut survenir précocement avant la 32e semaine d'aménorrhée, ce qui est généralement difficile à gérer sans pour autant compromettre le pronostic fœtal.

Quels sont les symptômes d'une HTA pendant la grossesse ?

Il n'y a pas de signes spécifiques. Toutefois, l'élévation tensionnelle peut entraîner certains signes comme les céphalées, les bourdonnements d'oreille, les sensations de mouches volantes et les vertiges.

Dans certaines formes graves, il peut y avoir des troubles digestifs, des nausées, des vomissements, des douleurs abdominales. La femme enceinte peut aussi signaler la diminution des mouvements actifs du bébé.

Quels sont les facteurs favorisants de l'HTA de la femme enceinte ?

Ils sont nombreux. D'abord il y a l'histoire familiale d'HTA, de pré-éclampsie, de diabète chez la mère ou une de ses sœurs. A côté de cela, il y a la primiparité (première grossesse), la grossesse gémellaire, la multiparité, l'âge maternel très jeune (moins de 18 ans) et l'âge matériel avancé (au-delà de 40 ans). A cela s'ajoutent d'autres facteurs comme le tabagisme, l'obésité, les affections rénales, le diabète, l'insémination artificielle par donneur de sperme et le stress.

Il paraît que la prise de certains médicaments pendant la grossesse peut provoquer l'HTA...

En général, il y a des médicaments qui sont incriminés dans la survenue de l'HTA parmi lesquels les anti-inflammatoires, les médicaments à base d'œstrogène, les vasoconstricteurs (utilisés dans le traitement du rhume). Cependant, la quasi-totalité de ces médicaments sont contre-indiqués chez la femme enceinte, sauf situation exceptionnelle comme dans le cas des femmes enceintes qui prennent certains antidépresseurs.

Peut-on prévenir l'HTA de la femme enceinte ? Comment ?

C'est difficile, mais si certaines mesures sont mises correctement en œuvre, elles peuvent permettre de diminuer le risque de survenue de l'HTA : il s'agit notamment de l'observation d'une certaine hygiène de vie avec une alimentation équilibrée, de la lutte contre le stress psychologique et physique. A ces règles s'ajoutent, parfois, la prise de certains médicaments comme l'aspirine à faible dose que nous prescrivons à certaines femmes à haut risque mais dont le traitement doit être arrêté avant terme à cause du risque de saignement.

Y a-t-il un traitement contre l'HTA de la femme enceinte ?

Oui, il y a un traitement, mais la prise en charge est pluridisciplinaire incluant le cardiologue, le gynécologue obstétricien et le pédiatre. Dans les formes modérées de l'HTA de la femme enceinte, le respect des règles d'hygiène (repos, arrêt de tout travail physique, élimination du stress) peut parfois suffire ou permettre de retarder l'évolution vers les formes compliquées. Le cas échéant, nous faisons appel à certains médicaments. Toutefois il y a une règle d'or qui doit être observée en matière de prescription chez la femme enceinte : c'est jamais vite, jamais fort. Cela veut dire, d'une part, que, lorsqu'on fait baisser rapidement et de façon importante la tension artérielle d'une femme enceinte, on compromet le développement fœtal ; d'autre part, si on laisse évoluer les chiffres tensionnels trop élevés, on compromet le pronostic maternel-fœtal.

Une autre difficulté du traitement de l'HTA de la femme enceinte est que 90% des médicaments sont contre-indiqués. Il ne reste plus donc que 10% de médicaments autorisés à manier avec parcimonie pour pouvoir sauver la mère et l'enfant.

Quelles complications peut entraîner l'HTA pendant la grossesse et après ?

Les complications sont nombreuses et peuvent toucher aussi bien la mère que l'enfant.

Pendant la grossesse, chez la mère, c'est, entre autres, l'insuffisance cardiaque aigüe ou chronique, les troubles de la coagulation, responsables d'hémorragies assez graves avec anémie sévère. En plus, il y a la pré-éclampsie qui peut évoluer vers l'éclampsie qui est un trouble neurologique sévère, responsable de troubles de la conscience, de coma et de décès maternel. A cela s'ajoutent le risque d'insuffisance rénale, d'insuffisance hépatique et les Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC). Toutes ces complications grèvent sévèrement le pronostic maternel et fœtal.

Un risque, après l'accouchement, est que l'HTA peut demeurer et devenir chronique avec toutes les complications graves connues en l'absence de prise en charge appropriée. A cela s'ajoute le risque élevé de récidives au cours des prochaines grossesses qui donnent plus de formes graves.

Chez le bébé, les complications fœtales sont surtout le retard de croissance intra-utérin, la prématurité avec un petit poids à la naissance et la mort in utéro.

Vos conseils de cardiologue aux femmes enceintes pour éviter l'HTA et à celles souffrant déjà de la maladie pour mieux vivre leur HTA pendant la grossesse ?

Nous conseillons à tout sujet le dépistage. Il ne faut pas attendre d'être enceinte avant de se faire dépister surtout lorsqu'on est un terrain à risque (si la maman ou une sœur souffre de l'HTA : Ndlr). Il faut, à cet effet, un dépistage avant la grossesse, un autre au cours de la grossesse et une surveillance planifiée avec mesure de la pression artérielle et analyse biologique lors de la consultation prénatale. Cela permettra de détecter les signes avant-coureurs et d'avoir des gestes appropriés. Il faut avoir une alimentation équilibrée pendant la grossesse (régime normo salé et non un régime sans sel qui est fortement déconseillé), avoir une bonne hygiène de vie en éliminant le stress, suivre rigoureusement le calendrier des consultations prénatales et consulter au moindre signe inhabituel.

Par Alima Séogo Koanda

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !