Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM), ajoutez-le à vos applications favorites !


Suivez-nous :


Vous souhaitez vous abonner à Médecine d'Afrique Noire, Médecine du Maghreb ou Odonto-Stomatologie tropicale ? Consulter des articles ? Rendez-vous sur le kiosque d'APIDPM - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Janvier 2020
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Décembre 2019
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Décembre 2019
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Fièvre plus maux de tête et douleurs retro-orbitaires... Vite la consultation, ça peut être la dengue, selon Dr Sondo Apoline - 12/11/2019 - Le pays - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La dengue, une maladie virale dont le traitement est symptomatique. Souvent confondue au paludisme bien que le patient peut souffrir des deux maladies à la fois, la dengue est mortelle, et le Burkina est dans une période cruciale de la maladie. Le chef de service des maladies infectieuses du Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU- YO), Pr Apoline Ouédraogo/Sondo, dans cette interview, donne des conseils pour prévenir la maladie. Lisez !

« Le Pays « : Comment peut-on définir la dengue ?

Pr Sondo : La dengue est une maladie infectieuse due à un virus qui est transmis à l’Homme par un moustique qui pique habituellement le jour. C’est donc une maladie à transmission vectorielle.

Quelles sont les causes de cette maladie ?

La dengue est due à un virus qui comprend 4 sérotypes : DENV-1, DENV-2, DENV-3 et DENV-4, tous indépendants. Mais la DENV-1, DENV-2 et DENV-3 sont les trois sérotypes du virus de la dengue qui circulent au Burkina Faso. Cela veut dire qu’on peut faire la dengue au moins 4 fois.

Ya-t-il plusieurs sortes de dengue ?

On parlera plutôt de formes asymptomatiques. Après l’infestation, il existe plusieurs présentations cliniques :

Il y a les formes asymptomatiques (sans signes) où on découvre la dengue de façon fortuite après un test sérologique. Les formes pauci-symptomatiques (avec peu de signes) caractérisées par une fièvre isolée de courte durée, avec ou sans maux de tête, ou des douleurs articulaires/musculaires. Et les formes symptomatiques généralement peu fréquentes. Mais les formes les plus fréquentes sont celles asymptomatiques et pauci-symptomatiques dans environ 50 à 90% des cas.

Y a-t-il une période réputée où cette maladie sévit le plus ?

Oui, particulièrement à la période de la saison pluvieuse avec un pic du nombre de cas en octobre et en novembre. Mais toujours est-il que l’on peut contracter la maladie à tout moment de l’année.

D’aucuns confondent paludisme et dengue. Comment doit-on s’y prendre pour faire la différence ?

La première des choses à faire, c’est de se rendre dans un centre de santé pour la consultation dès qu’on ne se sent pas bien. En fonction des signes que vous présentez, l’agent de santé fera le nécessaire pour diagnostiquer ce que vous avez. Mais attention, vous pouvez avoir les deux maladies en même temps. Ce sont deux maladies différentes : le paludisme est une maladie parasitaire et il existe un traitement curatif efficace. Par contre, la dengue est une maladie virale dont le traitement est symptomatique.

Quels sont les symptômes de la dengue ?

Après la contamination, la maladie évolue en 3 phases :

  • une phase dite fébrile : fièvre (39-40°C) avec des douleurs généralisées (maux de tête, douleurs retro-orbitaires, douleurs musculaires articulaires), une éruption cutanée, des signes hémorragiques bénins, des nausées, des vomissements…
  • une phase dite critique : à partir du 4-5e jour où on observe une baisse de la fièvre. Les patients, dans la majorité des cas, vont guérir et évoluer vers la convalescence ; mais d’autres vont évoluer vers des formes sévères avec des atteintes organiques (rénales, hépatiques, neurologiques, pulmonaires, hémorragiques…) le plus souvent mortelles.

Phase de convalescence : à cette phase, on note une amélioration de l’état général, un retour de l’appétit, une normalisation des signes vitaux et des démangeaisons généralisées.

Comment peut-on soigner cette maladie ?

Il n’y a pas de traitement curatif, mais il existe un traitement symptomatique. Ce traitement symptomatique suffit pour sauver le patient, raison de la consultation précoce, pour détecter et prévenir les complications.

Combien de temps peut durer le traitement de la dengue ?

Cela dépendra de la durée des symptômes ; en moyenne 4 à 5 jours si le patient est vu au début de la maladie. Seulement, c’est la convalescence qui est longue et caractérisée par une fatigue.

Est-elle mortelle ?

Elle est habituellement bénigne, si la prise en charge est précoce et adaptée. Pour des raisons inconnues, certaines personnes évoluent vers des complications graves qui vont mettre en jeu le pronostic vital.

Quelle est la situation de la maladie dans le service des maladies infectieuses au CHU- YO ?

Le service reçoit surtout les formes sévères et depuis le début de l’année, il y a plus d’une vingtaine de cas dont deux ou trois décès.

Comment prévenir la dengue ?

La prévention passe par l’assainissement du cadre de vie et de travail.

La prévention individuelle en évitant les piqûres du moustique vecteur de la dengue consiste à :

  • l’utilisation de crèmes/spray répulsifs à renouveler toutes les 4 heures et le port de vêtements longs ;
  • la mise en place de grilles anti moustiques aux portes et fenêtres des maisons et utilisation de tortillons anti- moustiques dans la journée (salle de séjour et les vérandas) ;
  • dormir sous une moustiquaire imprégnée d’insecticide à longue durée d’action ;
  • tuer les moustiques adultes en pulvérisant les chambres, les dessous des lits et dans les armoires avec les insecticides.

La lutte anti-larvaire avec l’aide de la communauté ; c’est la lutte anti-vectorielle qui consiste à limiter la population de moustiques en éliminant les lieux de ponte du moustique tels que les récipients de toutes sortes exposés à la pluie et au soleil (bidons, bouteilles, canettes, pneus, casseroles…), car ils constituent des réserves d'eau stagnantes et chaudes propices au développement des larves des moustiques. Verser les soucoupes des pots de fleurs, couvrir les récipients de stockage d’eau de boisson…, couvrir les poubelles et éloigner les dépotoirs des populations. Il faut aussi assainir l’environnement domiciliaire et péri-domiciliaire, adopter la pulvérisation intra et extra-domiciliaire et isoler sous moustiquaires les malades à la phase virémique et/ou avec usage de crème répulsive (pour éviter que les moustiques ne s’infectent).

Quelques conseils pratiques

La lutte anti-vectorielle par l’assainissement du cadre de vie et de travail permet la réduction du nombre de moustiques ; éviter l’automédication, éviter les anti-inflammatoires et se rendre dans un centre de santé dès l’apparition des premiers signes. N’oubliez pas d’informer et de communiquer autour de vous.

Valérie TIANHOUN

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !