Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre le paludisme : Une nouvelle molécule qui appâte le parasite - 10/04/2006 - Le pays - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Des chercheurs français ont annoncé le 23 mars à Lille avoir développé une nouvelle molécule qui "appâte" le parasite responsable du paludisme pour mieux le tuer tout en évitant les problèmes de résistance aux traitements actuels, ouvrant la voie vers un nouveau médicament.

En proposant du fer au parasite Plasmodium falciparum, qui en a besoin pour se développer, et en le combinant chimiquement avec de la chloroquine, un antipaludéen, les chimistes de l'Université des sciences et technologies de Lille et les biologistes de l'Inserm ont créé une molécule "appât-poison". Cette molécule, la ferroquine, est jusqu'à trente fois plus efficace que la simple chloroquine. Mais, alors que le parasite devient de plus en plus résistant à la chloroquine (70% des souches de falciparum le sont en Afrique) et aux autres traitements, il ne développe quasiment pas de résistance à la ferroquine. "Nous avons soumis 27,6 milliards de parasites à une pression de ferroquine pendant deux mois. Quelques parasites survivent mais ils sont incapables de se développer et finissent par mourir", a expliqué le professeur Jacques Brocard, co-inventeur de la molécule, lors d'une conférence de presse. Les essais sur cette molécule, qui ont débuté en 1994, sont actuellement en phase clinique chez l'homme à l'hôpital Albert-Schweitzer de Lambaréné (Gabon) et en cours de développement industriel par Sanofi-Aventis. Selon le Dr Daniel Dive, membre de l'équipe, "la probabilité que la molécule devienne un médicament est de deux sur trois à un horizon de trois, quatre ans. On était parti de une chance sur 10.000". Le paludisme tue 1,5 à 2,7 millions de personnes par an, essentiellement en Afrique.

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !