Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Congrès de phytothérapie de Ouagadougou. L’Afrique prépare sa révolution sanitaire - 10/10/2007 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Ouagadougou abrite du 8 au 11 octobre 2007, le premier Congrès international de phytothérapie de Ouagadougou (CIPO) sur le thème : «Plantes médicinales en thérapeutique moderne». Réhabiliter, valoriser, promouvoir le traitement des maladies par les plantes est le but recherché par les congressistes.

La phytothérapie, l’art de guérir par les plantes, fait l’objet de réflexion du monde scientifique africain, européen et asiatique. En effet, le ministère des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique, en partenariat avec le ministère de la Santé, organise le premier Congrès international de Ouagadougou (CIPO) sur le thème : «Plantes médicinales en thérapeutique moderne».
L’objectif principal de ce premier CIPO est de renforcer les connaissances des participants sur l’utilisation des substances naturelles en thérapeutique moderne, notamment pour le traitement des pathologies prioritaires ou des pathologies négligées de l’Afrique. Ainsi, les congressistes vont faire le point de l’implication des plantes médicinales dans la prise en charge de la drépanocytose, du diabète, du paludisme, de l’hypertension artérielle et sur l’intérêt des substances naturelles dans le traitement des infections et du VIH/Sida.

Le savoir médical traditionnel a été à l’origine de médicaments efficaces modernes via la recherche. Cela est perceptible et bien avancé dans d’autres continents comme l’Asie. On entend ainsi parler de la médecine traditionnelle chinoise, indienne. «Il est grand temps que les Africains s’y mettent pour qu’il y ait une médecine traditionnelle africaine», souligne le président du comité d’organisation du CIPO, le Pr Odile Germaine Nacoulma.
Elle a rendu un hommage aux chercheurs pionniers sur la valorisation de la médecine traditionnelle, le Pr Mamadou Koumaré du Mali et le Pr Benakis de la Côte d’Ivoire. Le premier depuis 40 ans mène des recherches sur les plantes médicinales. «S’il y a un domaine où l’Afrique peut apporter à la mondialisation, c’est bien la médecine traditionnelle», soutient le Pr Koumaré, président du comité scientifique international.

Pour le ministre de la Santé, Alain B. Yoda, le Burkina Faso est fier d’accueillir une aussi importante manifestation scientifique qui doit donner le signal d’un nouveau départ dans le domaine médical. «Ce congrès est un véritable témoignage de l’amitié entre les peuples et une reconnaissance par les scientifiques, de l’impérieuse nécessité de valoriser le savoir médical traditionnel au profit du plus grand nombre», se réjouit M. Yoda. Aussi, il a lancé un appel aux institutions de recherche d’Afrique à prendre la mesure de l’importance de la protection des résultats de recherche issus du savoir médical traditionnel. C’est à ce titre que les populations pourront bénéficier des retombées financières provenant de l’exploitation de molécules à forte valeur ajoutée. «Le Burkina Faso reste persuadé de la nécessité pour les chercheurs de partager leurs connaissances et leurs découvertes pour atteindre une masse critique de données exploitables pour la production locale de médicaments,» a-t-il conclu.

Boureima Sanga

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !