Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre la tuberculose : Le traitement est gratuit au Burkina - 18/04/2006 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La tuberculose n’a pas disparu, loin s’en faut. Les services de santé ont diagnostiqué et mis en traitement, selon le coordonnateur du Programme national de lutte contre la tuberculose, Dr Mathurin Sary Dembélé, 3 656 cas en 2005. Bien que le traitement soit gratuit, la tuberculose continue de faire des victimes au Burkina.

Découvert par l’Allemand Robert Koch le 24 mars 1882, le mycobacterium tuberculosis est responsable de la tuberculose. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), chaque seconde, une nouvelle personne est infectée par le bacille tuberculeux. A tout moment, n’importe qui peut être contaminé par le tuberculosis. On est exposé à ce germe dès lors qu’on se trouve à proximité d’une personne atteinte de tuberculose pulmonaire contagieuse. Quand cette personne malade tousse, éternue, rit ou crache, elle diffuse dans l’air ambiant, des gouttelettes infectantes contenant le bacille. Toute personne qui respire cet air contaminé, s’infecte en inhalant le germe et peut devenir malade à l’occasion de circonstances favorisantes. Certaines personnes dont les défenses immunitaires sont affaiblies sont plus vulnérables à la tuberculose. Ce sont : les femmes enceintes, les enfants en bas âges, les personnes malnutris, les fumeurs, les personnes vivant avec le VIH/Sida. L’OMS estime que 30% des cas de tuberculose sont attributaires à l’infection VIH dans la zone Afrique. Selon le Dr Mathurin Sary Dembélé, toute personne qui tousse depuis plus de 14 jours est suspectée de tuberculose et doit se présenter dans une formation sanitaire. Les autres signes évocateurs de la tuberculose sont l’amaigrissement, le manque d’appétit, la pâleur, la fièvre et les sueurs nocturnes. Les spécialistes conseillent de faire recours à un savoir vivre en mettant la main ou un mouchoir devant la bouche quand on tousse, éternue afin que les gouttelettes n’atteignent pas les autres. Les milieux bien aérés ayant un bon courant d’air suffisent pour réduire la contagion. Le malade, s’il est identifié et traité au bout de dix jours, n’est plus contagieux.

Il y a plusieurs formes de tuberculoses, on a la tuberculose ganglionnaire, urinaire, osseuse, pulmonaire... Seule la forme pulmonaire est fréquente et contagieuse. Mais le malade dépisté précocement et traité régulièrement pendant huit mois, est sûr d’être guéri sans séquelle. Au Burkina, le traitement est gratuit et disponible partout pour le malade.

Boureima SANGA

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !