Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Médicaments traditionnels de la rue : Dangereux pour la santé ! - 03/11/2007 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le phénomène des médicaments traditionnels de la rue prend de l’ampleur au Burkina Faso. De qualité, d’efficacité et d’innocuité non prouvées, ces produits inondent les rues, les marchés, les services...Ils sont très nuisibles pour la santé. Des médicaments traditionnels de la rue ! Cela peut paraître bizarre et pourtant, il en existe. Un simple constat montre qu’il y a des tradipraticiens d’un nouveau genre. Ces derniers, au lieu de recevoir les clients chez eux, vont vers les malades. Le phénomène a surtout pris de l’ampleur suite à l’interdiction faite par le Conseil supérieur de la communication (CSC) aux tradipraticiens de faire leurs publicités sur les antennes de radiotélévision et dans les colonnes des journaux. Ainsi, ils sillonnent les services et vont de yaar en yaar, pour proposer monts et merveilles aux patients. Beaucoup de malades ont souffert après leur avoir fait confiance.

D’autres ont simplement perdu la vie. Comme le témoigne le tradipraticien Kassoum Zoungrana : «L’année passée, nous avons perdu un taximan habitant ce quartier (NDLR, secteur n°30) . Après avoir pris un médicament traditionnel de la rue contre des maux de ventre, sa maladie s’est aggravée et malheureusement, il en est décédé. Nos enquêtes ne nous ont pas permis de retrouver le vendeur». Et, le chef de service appui à la valorisation des médicaments issus de la pharmacopée traditionnelle, Kadidja Djierro, d’ajouter qu’un autre patient souffrant d’une insuffisance rénale après avoir consommé un médicament traditionnel de la rue, un sirop contre les maux de ventre n’a eu son salut qu’à l’hôpital. Les exemples dans le cas d’espèce sont légion. Pour Benjamin Compaoré de l’ONG Phytosalus, ces vendeurs ne peuvent pas être identifiés au moment voulu. «Certains n’ont même pas d’adresse. En cas de problème, le patient est laissé à son propre sort», a-t-il déploré. Aussi, certaines plantes médicinales sont trop toxiques, ce qui nécessite une bonne connaissance du milieu, a affirmé M. Zoungrana. Les tradipraticiens de santé connaissent mieux les plantes dangereuses et les associent à d’autres plantes afin d’atténuer leur toxicité.

Pharmacopée traditionnelle importée...

Beaucoup de médicaments issus de la pharmacopée traditionnelle importée sont, de l’avis de la Direction de la promotion de la médecine et de la pharmacopée traditionnelle, (DPMT), des médicaments de la rue. En effet, des tradipraticiens, «avides d’argent» proposent par exemple, des produits prétendus contenir de «l’Aloes Vera,» du «Ginseng» (...) prisés par la population. «Si ça contient de l’Aloes Vera, c’est très bon», entend-on souvent dire. Mais qu’est-ce qui montre que ça ne contient pas de la drogue ? S’interroge le chef de service appui à la valorisation des médicaments issus de la pharmacopée traditionnelle de la DMPT, Kadidja Djierro. Depuis 2004, le domaine de la pharmacopée traditionnelle est bien réglementé. Les produits de cette médecine sont classés par catégorie de : 1 à 4.

Les médicaments de la catégorie 1 relèvent du domaine populaire. Ils sont préparés suivant des méthodes traditionnelles de fabrication par le tradipraticien pour un patient. Les catégories 2, 3 et 4 sont des médicaments préparés à l’avance et devraient en principe suivre des méthodes de bonnes conditions de fabrication, de conditionnement avec un numéro de lot. Ces médicaments ne doivent pas faire l’objet de vente sans, une Autorisation de mise sur le marché (AMM). Ils doivent être authentifiés par les structures compétentes. Pourtant, ces structures sont contournées. En plus, des médicaments de la rue de nos tradipraticiens ou charlatans s’ajoutent ainsi à ceux venant de la sous-région et des pays asiatiques. La plupart de ces produits bien emballés, conditionnés sont des médicaments traditionnels de la rue pouvant être dangereux pour la santé.

«Ce sont des médicaments non homologués, sans autorisation de mise sur le marché et nous ne pouvons pas certifier leur qualité et leur toxicité. Les médicaments traditionnels de la rue sont dangereux pour la population parce que les effets secondaires, la toxicité aiguë et à long terme, par exemple sont ignorés». Mais comme solution, il faut, selon Benjamin Compaoré de l’ONG Phytosalus, que les services de soins traditionnels travaillent à couvrir les besoins de la population. Quant à la réglementation, elle est récente et la DMPT intensifie la sensibilisation des tradipraticiens et des autorités douanières afin de contrer l’importation des médicaments douteux. A l’échelle nationale, des officines de médicaments traditionnels existent et reconnus par le ministère de la Santé.

Par exemple, Phytosalus, l’un des pionniers dans la phytothérapie, a des remèdes homologués par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Aussi, Phytosalus propose des médicaments variés et a une politique de promotion des essences médicinales locales. Les acteurs de la promotion de la pharmacopée traditionnelle invitent les vendeurs de médicaments issus de la pharmacopée traditionnelle à se soucier de la santé de la population. Ils en appellent aussi la population à éviter de se soigner avec des médicaments de la pharmacopée traditionnelle de la rue dont l’efficacité et l’innocuité ne sont pas prouvées.

Boureima SANGA
bsanga2003@yahoo.fr

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !