Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Grippe aviaire au Burkina : "Pas de panique, le virus est sous contrôle" Tiémoko Konaté - 03/05/2006 - L'Observateur - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le ministre des Ressources animales, Tiémoko Konaté, et le secrétaire général du ministère de l’Information, Hamado Ouangrawa, ont animé conjointement ce jeudi 27 avril 2006 une conférence de presse sur l’état d’exécution du plan de riposte contre la grippe aviaire. Principales informations : l’épizootie est contenue, des milliers de volailles ont été abattues et l’opération d’indemnisation des aviculteurs a débuté.

Sourire en coin, poignées de main chaleureuses à toute l’assistance. L’entrée enthousiaste du ministre des Ressources animales, Tiémoko Konaté, présage déjà de la nature du message à porter aux journalistes. "Au vu des résultats provisoires des enquêtes épidémiologiques, on peut dire que l’épizootie est aujourd’hui sous contrôle", a-t-il conclu, optimiste dans sa déclaration liminaire.
Et seulement quelques trois semaines après la notification du premier foyer de grippe aviaire au Burkina, il est prévu l’allégement du dispositif de surveillance dans la zone de Saaba. Sur plus de trois cents échantillons testés dans la région du Centre, seulement quatre se sont révélés positifs.
Il s’agit d’oiseaux sauvages (canards armés) à Kossodo. "Cela ne nécessite pas la mise en quarantaine de la zone", a rassuré le ministre Konaté. C’est avec le même sentiment d’optimisme qu’a été évoqué le cas du quartier Bilbalogho de Ouagadougou, où une alerte avait été donnée en début de semaine (Cf. notre édition du lundi 24 avril 2006.
"Il s’est agi de mortalité de volailles étalée dans le temps. Les poulets morts cherchaient leurs pitances dans des eaux usées", a précisé un collaborateur du ministre. Dans la zone de Gampèla, unique foyer avéré de la grippe aviaire, plus de 6 400 volailles (poulets, pintades, canards et autres pigeons) ont été abattues.
Pour l’opération d’indemnisation, 239 producteurs sont invités depuis deux jours à passer à la caisse. Initialement fixé à 600 F par volaille, le taux d’indemnisation en réparation de l’abattage a été porté actuellement à 1500 FCFA par tête de volaille. A la suite de son chargé de communication, le ministre a annoncé la présence, à Ouagadougou, d’une équipe d’experts venue évaluer l’impact économique de la grippe aviaire.
En attendant la relance, avec le soutien de la Banque mondiale, de la filière avicole, Tiémoko Konaté a appelé les populations à la vigilance et souhaité leur collaboration avec les techniciens des services vétérinaires. Un numéro vert (80 00 11 08) a même été créé à et effet.

Alain Saint Robespierre

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !