Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Prévention du Sida : "La lutte contre l'excision, un moyen efficace", selon Chantal Compaoré - 06/02/2008 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

A la faveur de la XIème conférence de AFAFSI/SWAA, Mme Chantal Compaoré, Première dame du Faso a animé une conférence le 4 février 2008 à Ouagadougou, sur les effets de l'excision dans la transmission du VIH/Sida. Chantal Compaoré, épouse du chef de l'Etat burkinabè est "fortement" impliquée dans la lutte contre le Sida et les mutilations génitales féminines (elle est membre fondatrice de Synergies africaines, regroupement des Premières dames d'Afrique luttant contre le Sida et marraine du Comité national de lutte contre la pratique de l'excision au Burkina Faso).

C'est avec cette double casquette que la Première dame du Faso est allée échanger avec les participants à la XIe conférence de AFASI, sur la relation excision-Sida. D'entrée de jeu, Mme Compaoré dira que les mutilations génitales féminines en général, et l'excision en particulier, constituent des pratiques traditionnelles ayant des effets très néfastes sur la santé des femmes et des petites filles. "Pratiquées depuis la nuit des temps au nom de la tradition, les MGF semblent résister à la modernité", a indiqué la conférencière. Sous le prétexte d'assurer le virginité, la fidélité, la fécondité et la santé de ces femmes, ajoutera-t-elle, la pratique des MGF expose au contraire celles-ci à de nombreux dangers.

Pour la Première dame, l'excision ne présente aucun avantage, elle n'a que des inconvénients. Et la présidente de citer l'exemple dramatique et récent de la petite Nemata Taonsa, âgée de 5 ans, excisée le 15 septembre 2007 à Saaba (banlieue de Ouagadougou), admise à la clinique Suka le 25 septembre 2007 pour septicémie et qui décèdera quelques jours plus tard.

La gravité de la pratique de l'excision n'est plus à démontrer

"La gravité de la pratique de l'excision n'est plus à démontrer. Elle présente de multiples inconvénients en relation notamment avec la transmission du VIH/Sida", a souligné Mme Compaoré, introduisant son propos sur les effets immédiats de l'excision dans la transmission du VIH/Sida.

A entendre la Première dame, l'excision se pratique en série et souvent avec le même couteau ou la même lame. "Si une des victimes est porteuse du VIH qui se transmet par voie sanguine, toutes les fillettes qui seront excisées après cette dernière courent le risque d'être contaminées", a expliqué la présidente. Les exciseuses, a-t-elle poursuivi, opèrent sans aucune prévention de l'infection. Leurs doigts souillés de sang constituent donc une autre possibilité de contamination.
"Par ailleurs, dans la mesure où elles pratiquent avec les mains nues, sans gants de protection, une blessure par suite de mauvaises manipulations de l'outil d'excision, est source de leur contamination si une des excisées est porteuse du VIH", a indiqué la Première dame du Burkina Faso.

Abordant le cas d'une femme excisée et enceinte porteuse du VIH, Chantal Compaoré a laissé entendre que pendant l'accouchement, la tête fœtale garde un long contact avec la sécrétions génitales infectées du fait de la stagnation prolongée créée pas le rétrécissement vulvaire. Selon Mme Compaoré, si le périnée se déchire, l'enfant sort baigné de sang et de caillots porteurs du VIH dans la bouche, le nez et même les yeux.

"Cet enfant est doublement exposé," fera-t-elle remarquer. Au regard de ce qu'elle a dit plus haut, Chantal Compaoré indiquera que la prévention de la transmission du VIH/Sida à travers la lutte contre l'excision est d'une grande importance. "Dans les stratégies de prévention de la pandémie du Sida, il faut considérer la lutte contre la pratique de l'excision comme un des moyens à déployer pour combattre efficacement ce mal", a noté la conférencière. Nous avons la responsabilité, a-t-elle lancé à l'assistance, de convaincre les populations par des messages clairs et simples. Chantal Compaoré, par ailleurs ambassadeur de bonne volonté du comité interafricain de lutte contre la pratique de l'excision a assuré les participants de son soutien sans faille dans le combat engagé en vue d'abolir l'excision et de freiner énergiquement la propagation du Sida.

Gabriel SAMA

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !