Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre le Sida : renforcer la continuité de la prise en charge des personnes vivant avec le VIH - 27/06/2008 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Un atelier de concertation entre le Secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le Sida, le ministère de la Santé et les tradipraticiens de santé sur le VIH/Sida se s’est tenu du 24 au 26 juin 2008 à Ouagadougou. La lutte contre le VIH/Sida, pour être efficace et efficiente, exige la conjugaison des forces de tous les acteurs. C'est conscients de cela que le Secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le Sida et les IST (SP/CNLP-IST), le ministère de la Santé et les tradipraticiens de santé ont initié une concertation du 24 au 26 juin 2008 pour renforcer la continuité de la prise en charge entre médecine moderne et médecine traditionnelle.

"Au Burkina Faso, environ 80% des patients se réfèrent aux tradipraticiens qui sont généralement les premiers recours de soins dans certains milieux. Par ailleurs, les statistiques montrent, que dans notre pays, environ 30 000 tradipraticiens de santé évoluent dans des domaines divers dont la prévention à l'infection à VIH par la communication et la référence rapide des cas suspects, la récupération nutritionnelle, les traitements des infections opportunistes", a indiqué le Secrétaire permanent du CNLS-IST, Joseph André Tiendrébéogo qui a présidé l'ouverture des travaux.

Ainsi durant les trois jours de concertation, les populations se pencheront sur la situation du VIH-Sida au Burkina Faso, l'organisation de la lutte. Ils s'appesantiront sur la présentation des expériences et s'informeront des plantes à interférences négatives avec les médicaments Antiretroviraux (ARV). M. Tiendrébéogo a expliqué que le ministère de la Santé s'est lancé depuis un certain temps dans la promotion de la médecine traditionnelle et la valorisation de ses produits en vue de les rendre plus efficaces, plus pratiques, plus sécurisants et compétitifs. "Vous savez que dans le domaine du VIH/Sida, le ministère de la Santé appuie les tradipraticiens depuis au moins six ans.

En 2003 déjà douze de vos médicaments agissant au premier stage de la maladie étaient en évaluation", a révélé M. Tiendrébéogo. Il a rassuré les tradipraticiens de santé de la disponibilité du Secrétariat permanent avec l'appui des services techniques habilités du ministère de la Santé, à œuvrer pour un climat de collaboration profitable aux malades. "Nous y sommes tenus car le cadre stratégique de lutte contre le Sida et les IST 2006-2010 prévoit en son axe II le renforcement de l'accès au traitement par les ARV et autres thérapies validées", s'est-il justifié. Toute chose qui exige la validation des produits issus de la tradithérapie, d'où l'importance d'une franche collaboration entre les deux médecines.

M. Tiendrébéogo a regretté le fait que depuis quelques années, ses services reçoivent des tradipraticiens venant d'autres pays pour la promotion de leurs produits pendant que la méconnaissance des productions nationales fait penser que les meilleures viennent d'ailleurs. "Et pourtant, je sais que beaucoup d'entre vous font du bon travail qu'il convient de partager entre vous afin de faire bénéficier un plus grand nombre de patients tant dans notre pays qu'ailleurs", a conseillé Joseph André Tiendrébéogo. Pour lui, l'importance de la tâche incombe de mettre tout en œuvre afin que les conclusions de la présente rencontre de concertation permettent d'une part de renforcer la visibilité des actions en matière de prévention et de prise en charge des personnes vivant avec le VIH par les tradipraticiens de santé et, d'autre part de combattre le charlantisme et les commerçants d'illusion.

Charles OUEDRAOGO
charlesouedraogo40@yahoo.fr

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !