Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

VIème édition de la Journée africaine de médecine traditionnelle : les tradipraticiens commémorent la déclaration d'Alma-Ata - 19/09/2008 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Burkina Faso a célébré, le 18 septembre 2008 à Ouagadougou, la VIe édition de la Journée africaine de médecine traditionnelle sous le thème : "Rôle des tradipraticiens de santé dans les soins de santé primaires". Depuis les civilisations anciennes, l'homme a toujours eu recours au savoir médical traditionnel pour ses soins. Il a puisé dans les plantes, les animaux et les minéraux pour se soigner ou prévenir les maladies. Au Burkina Faso, ce savoir est de plus en plus valorisé et reconnu dans l'offre de soins. En effet, les tradipraticiens, les autorités sanitaires, les partenaires commémorent chaque année la Journée africaine de médecine traditionnelle.

La VIe édition a été célébrée le 18 septembre 2008 sous le thème : "Rôle des tradipraticiens de santé dans les soins de santé primaires". Un thème choisi pour commémorer le 30e anniversaire de la déclaration d'Alma-Ata en septembre 1978 qui a préconisé la santé pour tous et invité les pays à intégrer la médecine traditionnelle dans leurs systèmes de santé conformément à l'approche des Soins de santé primaires (SSP).

Pour le ministre de la Santé, la reconnaissance par l'humanité de l'importance de la médecine traditionnelle dans l'offre de soins, n'est pas une chose nouvelle. Environ 60% des médicaments actuellement commercialisés sont issus directement ou indirectement du patrimoine thérapeutique traditionnel. Dans ce sens, il a interpellé les chercheurs à poursuivre leurs efforts en collaboration avec les tradipraticiens de santé afin que des médicaments puissent être découverts. Le Burkina a enregistré des avancées dans le domaine de la médecine traditionnelle. Il s'agit de l'élaboration et la mise en œuvre de la politique nationale, la réglementation, l'organisation de l'exercice et l'homologation de onze (11) médicaments made in Burkina. Des efforts certes, mais il reste encore du chemin à parcourir pour parvenir à une implication formelle de la médecine traditionnelle dans les soins de santé primaires, a relevé le ministre Bouda.

Les tradipraticiens sont de véritables leviers de la santé communautaire. Et le ministre de la Santé a rendu hommage aux 30 000 tradipraticiens que compte le Burkina. Sept praticiens qui se sont particulièrement investis pour une meilleure collaboration avec les structures de santé dans un esprit de franchise et de respect mutuel ont été distingués. Marc Olivier, coordonnateur du Projet d'appui à la médecine et à la pharmacopée traditionnelles a été élevé au rang de chevalier de l'Ordre national.

Les sept tradipraticiens ont été faits chevalier de l'Ordre du mérité burkinabè avec agrafe santé. Des distinctions appréciées par le président de l'Association des tradipraticiens et herboristes du Kadiogo, Samuel Sawadogo. "Nous souhaitons qu'il y ait plus de formation et de collaboration entre les tradipraticiens et les médecins", a-t-il ajouté. Les détenteurs du savoir médical traditionnel ont également reçu le message du directeur régional de l'OMS pour l'Afrique, livré par le docteur Gislaine Conombo. "(...) L'OMS continuera d'aider les pays à traduire les résolutions et les déclarations en politique et plans réalités d'institutionnalisation de la médecine traditionnelle afin de garantir la santé pour tous par l'approche des soins de santé primaires. Cette collaboration est indispensable à l'obtention des résultats attendus au plan d'action de la décennie de la médecine traditionnelle africaine qui s'achèvera en 2010".

Boureima SANGA
bsanga2003@yahoo.fr

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !