Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Première promotion des sages-femmes d’Etat de l’école “Sainte Edwige” : 92 nouvelles diplômées pour “sauver la vie, soulager la souffrance…” - 14/10/2008 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’école privée de santé “Sainte Edwige” a accueilli, le 10 octobre 2008, la cérémonie de prestation de serment de ses premières diplômées. “L’Organisation mondiale de la santé nous renseigne que chaque année, 600 000 femmes meurent de par le monde en voulant donner la vie. Environ 90% de ces décès surviennent dans les pays en développement”, a rappelé le ministre de la Santé, Seydou Bouda. C’est sans doute, cette triste réalité qui a interpellé la directrice-fondatrice, R. Edwige Ilboudo, à créer une école de sages-femmes d’Etat “Sainte Edwige” en 2005.

Le 10 octobre dans l’enceinte de l’établissement “Sainte Edwige”, 92 diplômées ont juré de porter secours à la vie en danger en répondant à leur nom de baptême “Lutte contre la mortalité maternelle et néonatale”. Cette première promotion rejoint le corps des spécialistes de santé pour trois responsabilités essentielles, selon Cécile Béloum, ministre chargé des Relations avec le Parlement et marraine de la promotion, à savoir “Sauver la vie, soulager la souffrance, promouvoir la santé”. Les lauréates ont acquis des compétences dans divers domaines.

Ce sont 14 sages-femmes d’Etat, 33 infirmières brevetées, 33 accoucheuses auxiliaires et 12 agents itinérants de santé. Le ministre Cécile Béloum s’est réjouie du choix porté sur sa personne et a invité ses filleules à garder immaculée leur blouse quelles que soient les difficultés qu’elles rencontreront. “Ni le poids du travail, ni l’âge de votre carrière, ni la vie chère et autres adversités de la vie ne doivent vous entacher dans l’exercice de votre profession”, recommande-t-elle à ses filleules.
La marraine n’a pas hésité à remettre la promotion entre les mains du ministre de la Santé. “Je pense que vous n’allez pas me laisser longtemps dans l’angoisse et l’insomnie de les voir inoccupées”, lui a-t-elle dit. La directrice-fondatrice de l’école “Sainte Edwige” n’entend pas s’arrêter en si bon chemin dans ses réalisations, mais compte ouvrir d’autres filières selon les besoins des populations.

Edwige ZONGO
Joséline YAMEOGO
(Stagiaires)

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !