Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Malnutrition des enfants : Docteur Osara Lamoussa Traoré décortique les facteurs de risque - 04/02/2009 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Un doctorat en médecine, Osara Lamoussa Traoré a soutenu sa thèse à l'Université de Ouagadougou, le jeudi 22 janvier 2009, sur le thème:"Evaluation de l'état nutritionnel des enfants hospitalisés dans le service de pédiatrie du CHU/Yalgado-Ouédraogo". Osara Lamoussa Traoré était un interne des hôpitaux. Pour sa thèse de doctorat en médecine, il s'est intéressé à la malnutrition des enfants. Elle a porté sur "Evaluation de l'état nutritionnel des enfants hospitalisés dans le service de pédiatrie du CHU/Yalgado-Ouédraogo". Selon le Centre national de nutrition (CNN) cité par l'impétrant, 29% des enfants de moins de 5 ans souffraient au Burkina Faso de malnutrition chronique en 1997 et 13,30% d'entre eux étaient frappés par une malnutrition aiguë.

Afin de mieux comprendre le phénomène, Osara Lamoussa Traoré à circonscrit son étude prospective au Centre universitaire Yalgado-Ouédraogo. L'étude a duré deux mois et a concerné 331 enfants.
Quatre enfants sur cinq ont été déclarés malnutris, a-t-il révélé. A terme, il a abouti au résultat que la prévalence de la malnutrition oscille entre 55,9% et 79, 5%. L'étude explique les facteurs de risques de la malnutrition aux plans individuel, médical alimentaire et familial. La polygamie expose les enfants à la malnutrition.
Elle est aussi un facteur de risque à ne pas négliger. L'étude a montré que la plupart des enfants malnutris de l'échantillon étaient issus des familles polygames.

Le soubassement de tous les facteurs demeure, selon M. Traoré, la pauvreté. Face à ce phénomène il estime que des solutions à dimension pluridisciplinaire peuvent aider à réduire l'importance du fléau. Pour ce faire, il a formulé des recommandations à l'endroit des décideurs du système sanitaire et de la population. Celles-ci consistent entre autres à promouvoir la scolarisation des filles, à lutter contre les maladies infectieuses... Au sein de la cellule familiale, il propose d'aménager un milieu de vie hygiénique, de renforcer l'éducation nutritionnelle. L'étude préconise aussi la promotion des espacements de naissance. Au terme de l'exposé, le jury composé des professeurs Ludovic Kam, Jean Lankoandé et du docteur Lassina Dao ont sanctionné le travail par la mention très honorable avec félicitations du jury. Ils ont encouragé le nouveau docteur, Osara Lamoussa Traoré à poursuivre sa spécialisation en pédiatrie. Il a prêté le serment d'hippocrate (le père de la médecine moderne) de remplir avec conscience sa fonction de médecin.

Boureima SANGA

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !