Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


Suivez-nous :


LES REVUES APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juin 2019
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mars 2019
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2019
Consulter la revue


BIBLIOTHEQUE MEDICALE

E. Pilly : Maladies infectieuses et et tropicales - Plus d'informationsL'E PILLY (26e édition 2018) est l'ouvrage de référence français en Infectiologie. Ouvrage collégial du Collège des universitaires de Maladies Infectieuses et Tropicales (CMIT), cette 26e édition 2018 a été entièrement remise à jour et, pour la première fois, est en quadrichromie avec une maquette modernisée et une iconographie très riche et didactique... Plus d'informations


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Bilharziose : bientôt un vaccin ! - 17/11/2009 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Après plusieurs années de recherches menées par l’INSERM (un institut français), le Bilhvax, un vaccin thérapeutique contre la bilharziose, entre dans sa dernière phase d’essais. Les traitements chimiques disponibles jusqu’à présent, sont coûteux et d’une efficacité limitée : impossible d’enrayer la maladie ! Le développement du Bilvhax laisse donc envisager une véritable alternative thérapeutique. Tout juste entré en «phase III», son efficacité sur le terrain va être testée pendant cinq ans sur une population d’enfants sénégalais déjà infectés.

Si le paludisme est désormais bien connu du grand public, la bilharziose, deuxième infection parasitaire la plus répandue au monde, est encore méconnue. Pourtant cette maladie chronique touche 200 millions de personnes dans le monde, et en tue 300 000 chaque année. Le ver responsable de l’infection se développe en eau douce : après une période de maturation dans un mollusque, il trouve une «proie» humaine. Il se glisse sous la peau, se loge dans les vaisseaux sanguins de la vessie, et, faute de diagnostic, provoque à terme de graves lésions. Attention à la baignade donc, si vous séjournez en Afrique : 85% des cas sont contractés en Afrique subsaharienne mais le parasite est présent dans 76 pays !

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !