Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Les pharmaciens rédigent leur ordonnance - 15/01/2010 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Réunis depuis mercredi en assemblée générale, ils planchent sur la stratégie contre la vente illicite des médicaments. 30 à 50 % des médicaments vendus dans les marchés et dans la rue sont contrefaits. Et 50 à 80 % de ces produits contrefaits sont dépourvus de principes actifs. Ces révélations sont de Davidson Kwenti Achu, le président de l’Ordre national des pharmaciens du Cameroun.

C’était à l’occasion de l’assemblée générale des professionnels de ce corps de métier, ouverte mercredi dernier au palais des Congrès de Yaoundé par le ministre de la Santé publique André Mama Fouda, en présence de secrétaire d’Etat à la santé Alim Hayatou. Des chiffres lourds, qui s’accompagnent de conséquences parfois dramatiques pour les populations. «Ces mauvais médicaments sont la raison pour laquelle les malades ne guérissent pas souvent ou décèdent après avoir été soignés, du fait de leurs effets secondaires. Je citerais, en exemple, un médicament dont on a demandé le retrait sur le marché parce qu’il provoquait des hémorragies dans le cerveau et des accidents cérébro-vasculaires. Seulement, la contrebande continue d’en approvisionner les vendeurs des rues », a ajouté le président de l’Ordre.

La tenue de cette assemblée générale sur le thème : « le pharmacien et la politique du médicament au Cameroun », intervient dans un contexte marqué par la difficulté des pouvoirs publics à éradiquer le phénomène du médicament de la rue. Une difficulté accentuée par l’ignorance des populations quant aux dangers de ces mauvais médicaments.

Dans son discours de circonstance, André Mama Fouda a rappelé les actions menées en 2009 par son département, parmi lesquelles la saisie et la destruction des produits pharmaceutiques d’origine douteuse d’une valeur d’1,5 milliard de F. Il a également attiré l’attention des pharmaciens sur les enjeux qui les interpellent en cette nouvelle année, à savoir la mise en œuvre de la bonne gouvernance dans le secteur pharmaceutique, la décentralisation de son organisation et de son fonctionnement, entre autres.

Au cours des travaux, révèle Davidson Kwenti Achu, il était question de réviser les textes qui régissent la profession de pharmacien et de revoir la politique du médicament. Le président de l’Ordre a annoncé une traque sans merci aux faux médicaments. Une campagne pour laquelle les pharmaciens sollicitent l’appui de la Sûreté nationale, des douanes et de tous les départements ministériels impliqués. De même, Davidson Kwenty Achu a annoncé la fermeture dans un délai d’un mois des officines pharmaceutiques dont les propriétaires résident à l’Etranger.

Hugues Marcel TCHOUA

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !