Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Pharmacies : il faut faire le ménage - 20/01/2010 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les professionnels du médicament eux-mêmes sont les premiers à tirer la sonnette d’alarme. Lors de l’Assemblée générale de l’Ordre national des pharmaciens du Cameroun, il y a une semaine à Yaoundé, les pharmaciens ont relevé des situations préoccupantes dans l’exercice de leur profession et tout autour. Premier constat alarmant, mais pas étonnant au fond : 30 à 50% des médicaments vendus dans les marchés au Cameroun sont des produits de contrefaçon. Et pour l’essentiel de ces « médicaments », il s’agit de produits dépourvus de principes actifs. Faux médicaments, à l’exemple de comprimés à base de farine de manioc ; ou médicaments retirés de la circulation ? Ça revient finalement au même. Des poisons circulent à travers le pays avec l’étiquette de médicament et tuent en silence.

Le problème des médicaments de la rue est certainement le plus spectaculaire concernant l’activité pharmaceutique. C’est peut-être aussi la chose la plus préoccupante. Mais c’est loin d’être le seul souci des pharmaciens et des patients. Dans leur fonctionnement au quotidien, les officines du pays révèlent un certain nombre d’obstacles et de dysfonctionnements. Les usagers y font face tous les jours, mais l’urgence de la maladie ne donne pas toujours le temps de s’arrêter pour se plaindre.

Le fait est que les pharmaciens ne sont pas toujours là où on les attend. Comme dans d’autres corps de métiers au Cameroun, tous veulent travailler dans les grandes villes. Yaoundé et Douala notamment, qui se taillent la part du lion dans la carte pharmaceutique du pays. Plusieurs chefs-lieux de régions se retrouvent ainsi avec moins de dix pharmacies, malgré une population en croissance permanente. Cette situation serait supportable si la qualité du service était garantie. Mais là aussi, c’est une autre affaire. D’abord, le pharmacien est souvent absent. Disons plutôt « occupé ailleurs », privant les patients d’une information précieuse. Et abandonnant l’officine à des vendeurs très à l’aise pour parler de paludisme ou de grippe, mais complètement perdus lorsqu’on aborde des questions plus pointues. Un diabétique sera ainsi embarrassé au moment de trouver un produit de substitution lorsque le médicament prescrit est en rupture de stock.

A propos de la discipline au sein du corps, l’Ordre a récemment mis en exergue le problème des professionnels qui ouvrent une officine sans résider de manière permanente sur le territoire camerounais. Les cas sont légion. Et à Yaoundé, une pharmacie a été récemment fermée parce que le promoteur possédait déjà un établissement en France. Le site a été finalement attribué à un autre. De toute façon, l’urgence de régler les questions d’éthique et de déontologie est clairement affichée par la corporation.

L’image du pharmacien est en tout cas bien entamée dans l’imagerie populaire. Où on le décrit comme plus près du commerçant spécialisé dans la vente des médicaments, que du spécialiste pouvant à l’occasion prodiguer des conseils et offrir une première réponse en attendant l’intervention du médecin ou après celle-ci. Beaucoup de choses sont donc à revoir. Car avant d’attaquer les pharmacies de la rue, il faudra s’assurer qu’au sein même des pharmacies reconnues, tout est pour le mieux.

Yves ATANGA

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !