Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Chirurgie endoscopique : on s’attaque à la mortalité maternelle - 15/03/2010 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le congrès de la Société africaine s’est achevé vendredi dernier à Yaoundé. Le tout premier congrès de la société africaine de chirurgie endoscopique en gynécologie s’est tenu du 8 au 12 mars dernier au palais des congrès de Yaoundé. Objectif de cette rencontre, informer et sensibiliser les gynécologues et les chirurgiens sur une nouvelle méthode de chirurgie : l’endoscopie. Cette technique qui permet de poser un acte chirurgical sans « ouvrir » le patient, est encore utilisée avec réserve en Afrique, malgré ses 15 ans d’existence sur le continent. Et ce en dépit de ses nombreux avantages. « L’endoscopie est moins chère que les méthodes classiques, en termes de coût global et de temps d’hospitalisation. De plus elle permet de lutter contre les complications liées aux méthodes classiques de chirurgie », assure le Pr. Jean Marie Kasia, gynécologue et promoteur de la chirurgie endoscopique au Cameroun.

Pendant une semaine donc des gynécologues et chirurgiens venus d’Afrique, d’Europe et des Etats-unis ont échangé sur l’évolution de la chirurgie endoscopique, surtout en rapport avec leur domaine de compétence. Notamment pour ce qui est de la prise en charge des urgences gynécologiques, des grossesses extra utérines, des infections pelviennes, etc. Mais il n’aura pas uniquement été question de chirurgie au cours de ces assises, dont la clôture, vendredi dernier, était présidée par Alim Hayatou, secrétaire d’Etat à la Santé publique. La mortalité maternelle et infantile était également l’un des sujets de discussion. D’ailleurs le thème de ce premier congrès, « mortalité maternelle et infantile : agissons tous pour la santé de la femme africaine », exigeait qu’on s’arrêta longtemps sur la question.

En effet, le taux de mortalité maternelle est sans cesse croissant sur le continent et particulièrement au Cameroun. « Il y a environ deux ans, on enregistrait moins de 500 décès pour 100 000 naissances vivantes. Aujourd’hui on avoisine les 700 », déplore un gynécologue. Une situation d’autant plus inquiétante que les causes de cette situation sont clairement identifiées. Il est donc temps de poser des actes concrets, et certains pensent que l’endoscopie pourrait être l’un des remèdes à ce mal. Le recyclage des sages femmes aussi. C’est pourquoi un atelier de formation sur la réduction de la mortalité maternelle et infantile a été consacré à ce maillon essentiel de la chaîne de la santé de reproduction.

Jocelyne NDOUYOU-MOULIOM

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !