Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Drépanocytose : halte à la discrimination - 06/04/2010 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’insertion sociale et la prise en charge des malades atteints de drépanocytose reste un véritable parcours du combattant. L’épanouissement social d’un malade atteint de la drépanocytose est un vrai problème. Les employeurs peu édifiés ne sont pas toujours prêts à accepter les absences répétées de leur employés, dues aux crises. D’autres sont marginalisés par leurs collègues au quotidien. A l’occasion de la journée mondiale de la drépanocytose, samedi dernier, les associations de malades, l’hôpital Laquintinie et les partenaires tels que le Lions Club ont organisé conférences et tables rondes. Moment propice de reposer les difficultés rencontrées par ces personnes.

Jean-Paul N. est drépanocytaire et employé dans une structure de la place. « Lorsque j’ai été recruté par cette société, je n’ai pas jugé utile de dire à mon patron, encore moins à mes collègues que je suis un « hématié ». La raison est simple, j’avais peur d’être stigmatisé, pris pour un faible. Les premières crises ont été prises pour un paludisme mal soigné. Quelques années plus tard, j’ai dit la vérité à mon patron qui commençait à ne plus accepter mes nombreuses absences. Après une discussion franche avec lui, tout est rentré dans l’ordre. Je travaille deux fois plus quand je me porte bien », confie Jean Paul N.. Cependant, le jeune homme explique que ce n’est pas le cas des autres malades dans la même situation. « Aujourd’hui, nous sommes engagés à faire connaître cette pathologie au grand public et à faire accepter par des structures privées que le problèmes se posent véritablement. »

Dans un autre cadre, le Lions Club Douala (branches Wouri, Orchidée et Camaroes) a pris l’engagement comme c’est le cas déjà à Yaoundé, de construire un centre de prise en charge intégrée au sein de l’hôpital Laquintinie. Ce bâtiment d’une superficie de 418m2 sera composé d’une salle d’accueil, d’un laboratoire, d’une pharmacie, de trois salles d’hospitalisation de jour et de salles de soins.

M.O. MEBENGA

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !