Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Dr Nathalie Elong épouse Kana : le torticolis se rencontre beaucoup plus chez les femmes - 28/07/2010 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’affection est aussi fréquente chez les personnes souffrant de problèmes dentaires, selon le médecin des urgences et catastrophes. Comment définissez-vous le torticolis ?

C’est une contracture douloureuse des muscles du cou. Cette contracture concerne le plus souvent le plus gros muscle du cou qu’on appelle le sternop-cléido-mastoïdien (muscle qui permet les mouvements rotatifs du cou). Mais, cette contracture peut intéresser les autres muscles, notamment le trapèze. Dans la plus part de cas, le torticolis est une affection bénigne. En général, le malade se présente avec le cou penché du côté atteint. La tête est souvent penchée soit en avant, soit en arrière

Quelles en sont les causes ?

Cela peut être dû à un mouvement brusque ou une mauvaise position au cours du sommeil, ou encore, être dû à des mouvements brusques du cou pendant le sport. Le torticolis peut aussi survenir dans le cas de légers traumatismes, comme les accidents légers de la voie publique par exemple.

A la longue, quelles sont les complications qui peuvent survenir ?

C’est une maladie qui peut s’amender sans traitement, c’est-à- dire que le muscle va se décontracturer tout naturellement. Donc, pour les cas les plus simples, le torticolis ne nécessite pas de traitement puisqu’il n’y a pas de conséquences en soi. Cette maladie reste bénigne, c’est-à-dire qui n’a pas de complication et qui ne nécessite même pas de traitements dans la plupart des cas. Mais, c’est pour améliorer le confort du malade qui se plaint de douleurs, qu’on prescrit les médicaments qui vont permettre de relâcher le plus tôt possible, le muscle qui est contracturé. On peut avoir ce qu’on appelle le torticolis chronique, c’est-à-dire un malade qui a des épisodes de torticolis qui reviennent plusieurs fois dans le mois ou bien dans l’année. Dans ce cas là, ça peut être le signe d’une maladie d’une infection ou une tumeur au niveau du cou.

Le torticolis se rencontre beaucoup plus chez les femmes, notamment chez le cap de 35 ans. Ce qui peut être le signe d’une arthrose (pathologie osseuse se trouvant chez les femmes ménopausées). Chez ces femmes qui vont présenter plusieurs épisodes de torticolis au cours d’une même année de façon consécutive, ça va nous emmener à demander des examens de approfondis pour voir s’il n’y a pas une autre pathologie en dessous.

Est-ce à dire que les femmes sont les plus à risques d’attraper un torticolis ?

On peut parfois avoir le torticolis chez les malades qui ont des affections dentaires ou alors des angines qui donnent naissance à des ganglions au niveau du cou, et qui entraînent la contracture du muscle du cou. Il ne faut pas seulement se contenter de donner les médicaments qui vont calmer la douleur pour relâcher le muscle, il faut traiter l’infection qui est en dessous. Si c’est l’angine, il faut la traiter. Si c’est la dent cariée, il faut la prendre en charge.

Que faire pour éviter d’attraper le torticolis ?

Il faut consulter la plupart du temps le médecin généraliste pour la prise en charge. Lorsque le médecin va palper les muscles du cou, ça va accentuer la douleur chez le malade. Avec cet examen là, on n’a plus besoin de demander des examens supplémentaire. Il y a également un aspect du traitement qui est très important : c’est le repos. En prescrivant souvent un repos de 2 à 3 jours au malade, les choses entrent dans l’ordre. Pour les malades atteints du torticolis chronique, cela demande des examens plus approfondis, en plus des examens cliniques. Il est aussi préférable de consulter des spécialistes en massage si nécessité se présente.

Propos recueillis par Guy Hyacinthe Owona (Stagiaire)

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !