Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Drépanocytose : le soulagement qui vient de l’Inde - 23/09/2010 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Même si la maladie ne peut être guérie, un traitement actuellement expérimenté au Cameroun permet de soulager davantage les crises chez les patients. Les habitués vous diront qu’ils vont « chez les Indiens ». En fait, bien que fonctionnelle depuis vingt trois ans environ, l’adresse n’est pas très connue. Cette « clinique » de Yaoundé, tenue par des ressortissants de nationalité indienne, réputée pour ses traitements à base de plantes médicinales, a permis à plus d’un parent d’enfant drépanocytaire de retrouver le sourire. « Depuis que mon fils prend leur traitement, son taux d’hémoglobines a augmenté. Combinées avec les traitements de la médecine conventionnelle, ces plantes médicinales ont considérablement diminué les crises de mon enfant », affirme une dame qui a requis l’anonymat.

Comme elle, de nombreux parents de drépanocytaires se retrouvent au moins une fois par mois à la « Maison indienne ». Selon plusieurs témoignages, l’administration des traitements prodigués porte des fruits au bout de quelques semaines. La maladie n’est certes pas éradiquée, mais l’augmentation du niveau de sang et la diminution du taux de la composante « SS », réduisent le nombre de crises et leurs douleurs.

Vijah Kumar, maître de Yoga et promoteur de la Maison indienne, explique que l’activité ne remet nullement en cause les traitements de la médecine moderne, toujours utilisés par beaucoup contre la drépanocytose. « Nous avons fait des recherches sur la drépanocytose et après de nombreuses expériences, nous avons constaté qu’avec le traitement à base de plantes médicinales, les crises diminuaient », indique-t-il. L’implantation au Cameroun s’est faite avec l’aval des autorités en charge de la santé, ainsi que le confirme une source à la Direction de la Pharmacie et du Médicament au Minsanté. « Les agréments reçus sont reconduits régulièrement. Mais maintenant qu’ils soignent des patients, il leur faut un agrément définitif », indique-t-on au ministère. Dans ce sens, les produits prescrits doivent être réévalués en permanence comme pour tout médicament, question d’en garantir la qualité à chaque approvisionnement. Mais au-delà de l’efficacité des produits, les spécialistes insistent sur l’hygiène de vie des drépanocytaires qui reste le meilleur gage de longévité éventuelle..

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !