Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Noé Esséssé : le dompteur de choléra entre en scène - 29/09/2010 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Ce septuagénaire, président du Comité de santé (Cosa) du district de Deïdo sensibilise sur cette épidémie dans les domiciles et lieux publics à Douala. Il a contribué de manière efficace à juguler l’épidémie de choléra de 2004 à Douala. «Il fallait tout simplement traiter le mal à la racine. Le drain de ‘Mbagna’ (un quartier de Bonamoussadi dans l’arrondissement de Douala Ve) était bouché. Il suffisait de le déboucher tout simplement», explique avec beaucoup de modestie, le président du Comité de santé (Cosa) du district de Deïdo. Fort de ce succès, Noé Esséssé a une fois de plus enfourché son cheval de bataille depuis le 14 septembre, date à laquelle l’on a à nouveau recensé les premiers cas de choléra dans la ville de Douala. La personne la plus outillée en matière de lutte contre le choléra dans le Littoral explique : «Il ne s’est pas agit là de cas de choléra.

Nous n’avons enregistré qu’un cas avéré de choléra dans notre ville. Mais le fait est que dès que nous avons un patient qui vomit et fait de la diarrhée, il est traité comme s’il avait le choléra. Nous avions d’ailleurs déjà mobilisé nos équipes depuis un bon moment en réaction de l’épidémie dans le Nord du pays», confie Noé Esséssé. Celui-ci parcourt donc les établissements scolaires, les hôpitaux et quartiers de la ville pour sensibiliser les populations. A l’en croire, si un cas de choléra se déclenche dans une école, cela serait très mauvais pour toute la ville et même la région. «Il faut donc être en éveil car, le choléra, lui, n’attend pas. Chacun doit s’armer contre cette maladie. Il suffit tout simplement d’observer les consignes basiques d’hygiène», assure-t-il. Mais, en réalité, Noé Esséssé n’a pas dans ses cordes une formation médicale.

Il est à la base, un enseignent de mathématiques. Après des études en France, Belgique et Pays-Bas, il dirige tour à tour les collèges Integ, Eyenguè Nkongo et King Akwa. «Je suis entré dans le domaine de la santé communautaire en 1997. Je ne l’ai plus quitté depuis», indique le septuagénaire. Noé Esséssé est président du Cosa de Deïdo depuis 2002. Il s’est illustré par son implication dans la lutte contre le choléra il y a six ans.
«Nous avons trouvé tous le foyers potentiels de choléra dans la ville de Douala. Les quartiers populeux tels que Bépanda présentaient d’énormes risques de transmission de la maladie. Nous avons fait installer des points d’eaux dans huit de ces quartiers. Et sensibilisé les populations sur les conditions d’hygiène», précise-t-il. Noé Esséssé est par ailleurs président régional d’une Ong qui œuvre pour dans le respect des droits de l’Homme, l’Organisation nationale des droits de l’Homme. «Il faut partager avec les autres. Moi, j’ai peut-être la chance d’être à l’abri du besoin, ce n’est pas le cas pour tout le monde. Il faut reconnaître que pour faire dans le social, il ne faut pas être pauvre. Avec le peu que j’ai, j’essaye du mieux que je peux de venir en aide à mon prochain.»

Alfred Epacka (Stagiaire)

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !