Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Le choléra refait surface - 05/01/2011 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Cameroun a connu une résurgence du fléau et payé un lourd tribut en vies humaines. Pour une mauvaise nouvelle c’en fut une. Le choléra, avec son cortège de souffrances et de morts, a ressorti la tête de l’eau en mai dernier. Dans un premier temps, l’épidémie est apparue dans la partie septentrionale du pays, s’étendant avec la vitesse d’un feu de brousse. 94 morts en juillet, 225 morts en août, 372 morts en septembre… Les chiffres ont crû à un rythme effrayant.

Les autorités compétentes, le ministère de la Santé en tête, appuyés par des partenaires au développement, ont réagi, certes. Mais les premières rafales n’ont pas neutralisé le vibrion cholérique. Malgré l'action des pouvoirs publics et de diverses structures (Organisation mondiale de la Santé, Unicef, Fonds des Nations unies pour la population, et Croix-Rouge), l'épidémie s’étendait en raison d’un non-respect des règles d'hygiène et du recours tardif aux soins.

Le mal a plutôt voyagé, quittant le Septentrion pour le Sud du pays. Ainsi, le Littoral et le Centre seront touchés.

En octobre 2010, le choléra déclaré quelque six mois plus tôt avait tué 559 personnes sur 8 528 cas à travers le pays. Selon des chiffres communiqués par le Minsanté, la région de l’Extrême-Nord paiera le plus lourd tribut à la maladie, avec 542 décès. 10 morts seront enregistrés dans le Nord, 5 dans le Littoral et 2 dans le Centre. Mais à cette date, d’après le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda, l’épidémie était « de plus en plus maîtrisée », notamment dans le nord du pays. Cela dit, il recommandait de garder un œil sur Yaoundé et Douala où, selon une étude menée par le Centre Pasteur, sur 50 puits des quartiers populaires, 100% des eaux sont impropres à la consommation du fait de leur « contamination fécale ». La même vigilance doit être observée vis-à-vis des eaux conditionnées dans de petits sachets et commercialisées dans nos deux principales villes.

Le Minsanté avait en outre suggéré la démolition des latrines pour « préserver la qualité des eaux » à consommer. Il ajoutait que suite à la bourrasque provoquée par l’épidémie, le gouvernement a adopté un plan d’action de lutte contre le choléra, étalé jusqu’au mois de juillet 2011. Le problème est connu, les solutions aussi. Les autorités sanitaires ont reconnu que les problèmes d’accès à l’eau et à l’assainissement faisaient partie des facteurs de propagation de la maladie.

C’est donc dans ces sphères qu’il faut agir prioritairement, pour tourner définitivement la page de l’épidémie de choléra survenue en 2010 au Cameroun. Une épidémie qui a été, selon des sources concordantes, la plus grave de ces dix dernières années dans notre pays.

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !