Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Le Gouverneur de l’Extrême-Nord s'assure sur le terrain de la gratuité du traitement du paludisme chez les enfants - 21/03/2011 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La décision présidentielle est effective malgré la faible fréquentation des hôpitaux. Moutourwa, Salak, Moukong : ce sont les trois étapes de la descente du gouverneur de l’Extrême-Nord la semaine dernière. Pour vérifier l’effectivité de la gratuité du traitement du paludisme simple chez les enfants de 0 à 5 ans, tel que décidé en fin début d’année par le chef de l’Etat. Dans les trois formations sanitaires où Joseph Beti Assomo, qu’accompagnait le délégué régional de la Santé publique de l’Extrême-Nord, s’est rendu, la mesure présidentielle est effective.

A Moutourwa, dans le département du Mayo-Kani, le premier patient, Hapsatou Youssoufa âgée de 4 mois a été reçue le 1er février à l’hôpital de district. Depuis cette date, les huit formations de ce district de santé ont reçu 76 malades, consultés et soignés gratuitement. Le registre de consultations et de dispensation des ACT en témoignent. Le gouverneur s’assure de la disponibilité et de la quantité des médicaments. Le chef de service du district de santé, le Dr Claude Pountognigni promène la délégation dans les dédales de l’hôpital. Ici, le personnel est proactif. Les femmes enceintes reçoivent déjà le traitement préventif intermittent (TPI). Seul hic, l’exiguïté des bâtiments qui ne permet pas de faire face à l’accueil des malades. Joseph Beti Assomo insiste sur la sensibilisation des familles pour que la mesure révolutionnaire atteigne les résultats escomptés, c’est-à-dire sauver la tranche d’âge vulnérable au paludisme. Il a découragé tout recours aux marabouts ou aux tradipraticiens pour le traitement de cette maladie.

Au centre de santé intégré de Salak dans le Diamaré, 56 cas de paludisme dont 11 pour les enfants de 0 à 5 ans ont été enregistrés depuis le 1er février, date de la mise en œuvre de la mesure. Comme à Moutourwa, le taux de fréquentation est encore faible, soit 12 à 15 cas par mois. Une faible fréquentation qui s’explique selon le Dr Rebecca Djao, délégué régional de la Santé publique de l’Extrême-Nord, par la petite saison du paludisme, le pic étant situé autour de la période aout-septembre.

Grégoire DJARMAILA

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !