Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Douala : déjà quatre cas de rougeole déclarés - 13/05/2011 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La maladie, supposée disparue, a réapparu au Centre médical d’arrondissement de Bonamoussadi et à l’hôpital Laquintinie. La petite Hilary, 4 ans, ne va pas à l’école depuis une semaine. Mercredi 4 mai dernier, de retour des classes, Linda, sa mère, remarque une vive éruption cutanée chez sa fille. Pas vraiment inquiète, elle met cela sur le compte de la chaleur, et lui applique une poudre apaisante. «Je ne me suis pas inquiétée, car étant en saison sèche, il est normal de voir les enfants avec des petits boutons sur le corps».

Mais le lendemain, c’est sous une température de 39° que la petite se lève. Ses parents, pris de panique, vont alors la conduire en urgence au Centre médical d’arrondissement de Bonamoussadi de Douala, où quelques heures plus tard, le résultat du diagnostic du pédiatre révèle que Hilary souffre de la rougeole. «Le résultat du diagnostic m’a sidéré. Pour la simple raison que cela fait bien longtemps que l’on entend plus parler de rougeole», avance Linda.
Selon le Dr Djia, pédiatre, «la rougeole n’a pas disparu comme on pourrait le croire. On enregistre de temps en temps un ou deux cas par trimestre». Le pédiatre reconnaît tout de même que ce n’est que ce mois-ci qu’elle a enregistré deux malades de rougeole dans la même semaine. En début de semaine, un autre cas de rougeole avait été signalé dans ce centre de santé.

Cette fois, la victime était un bébé de 18 mois. De sources hospitalières, cela fait au total trois cas en l’espace d’une semaine. Un autre cas a également été notifié à l’hôpital Laquintinie où la situation est moins préoccupante. «La semaine dernière, nous avons hospitalisé un enfant atteint de la rougeole. Pour éviter toute contamination avec les autres patients, nous l’avons isolé. Et on s’est d’ailleurs rendu compte que l’enfant n’avait pas reçu le vaccin contre la maladie», explique une infirmière du service pédiatrique. Ce qui porte au total quatre cas de malades de rougeole.

Même si elle recommande la vigilance, le Dr Djia, pense qu’on ne peut pas encore parler d’une épidémie, au regard du nombre de cas détectés de manière isolée en ce moment. Ce n’est pas qu’au Cameroun que la maladie a réapparu. La France subit une vague de rougeole «de très grande ampleur», selon l'Institut national de veille sanitaire (Invs), informait le journal français Le Figaro dans sa livraison du 19 avril 2011. Or, cette maladie virale extrêmement contagieuse, contre laquelle on dispose d'un vaccin efficace et peu coûteux, n'est pas sans gravité. Elle peut même s'avérer mortelle. L'épidémie qui touche la France a démarré en 2008, et comptabilise déjà plus de 10.500 cas.

Marthe Ndiang à M. (Stagiaire)

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !