Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Les députés enrôlés sur le front de la Réduction de la mortalité maternelle et néonatale - 20/06/2011 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

André Mama Fouda, ministre de la Santé publique, a invité les parlementaires lundi à s’impliquer pour améliorer la santé de la mère et de l’enfant. 660 décès pour 100 000 naissances vivantes en 2010 au Cameroun. Voilà les chiffres avancés par le ministre de la Santé publique aux députés en ce qui concerne la mortalité maternelle. Des chiffres à confirmer, puisqu’une enquête est actuellement en cours pour avoir une idée précise du taux de mortalité maternelle depuis 2004.

A cette date-là, on comptait 669 décès pour 100 000 naissances vivantes. Soit une augmentation de plus de 200 décès par rapport à 1998, où on a enregistré 430 décès pour le même nombre de naissances vivantes. Des chiffres préoccupants donc qui ont nécessité hier un forum d’échanges entre les parlementaires et le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda. Comme l’a expliqué Marie-Rose Nguini Effa, présidente de la commission santé du parlement africain, et représentante du président de l’Assemblée nationale, Cavaye Yeguie Djibril, il est question d’apprécier l’action du gouvernement dans la lutte contre la mortalité maternelle et infantile.

Des exposés ont ainsi été présentés sur la situation actuelle au Cameroun et surtout sur la stratégie mise sur pied par le gouvernement. A savoir la Campagne pour l’accélération de la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile en Afrique, lancée en 2010 par l’OMS et l’UNFPA et qui s’étalera sur trois ans. Le Minsanté, André Mama Fouda, a donc profité de la rencontre pour exhorter les députés à s’impliquer. Notamment dans l’amélioration du cadre juridique existant pour favoriser l’exercice des droits en santé de la reproduction, surtout pour les plus vulnérables. Il s’agit également de sensibiliser les populations sur la mortalité maternelle, contribuer à toute initiative en faveur de la réduction de la mortalité maternelle et néonatale dans leurs zones d’électorat. Enfin, André Mama Fouda a invité les députés à veiller sur la part accordée à ce problème dans les budgets annuels du Minsanté ainsi que les progrès vers l’atteinte des résultats. « Nous devons conjuguer nos efforts pour inverser la tendance. Cette situation nous interpelle tous », a déclaré le Minsanté.

En 2008, 400 000 décès liés à une grossesse ou à un accouchement ont été enregistrés dans le monde. 98% de ces décès surviennent dans les pays en développement, notamment en Afrique subsaharienne. Or, parmi les 8 Objectifs du millénaire pour le développement initiés par l’ONU et dont l’atteinte est attendue pour 2015, deux relèvent de la santé de la mère et de l’enfant. Les objectifs 4 et 5 portent respectivement sur la réduction de la mortalité infantile et l’amélioration de la santé maternelle.

Josiane R. MATIA

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !