Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juin 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Dr Blondel Oumarou Djam Nana : L’as camerounais de la laparoscopie - 21/09/2011 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Il est le premier Africain à avoir remporté le prix international francophone de coelio-chirurgie Phillippe Mouret. Le ton est imposant, ainsi que la taille de l’homme en blouse blanche qui reçoit dans son bureau situé dans l’enceinte de l’hôpital de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps) à Yaoundé. Sur le bureau du Dr Blondel Oumarou Djam Nana, 39 ans, trônent un ordinateur portable et un Ipad dans lequel il note ses rendez-vous. Une pile de carnets de patients est déposée sur une table. Comme tous les mardis, ce mardi 20 septembre 2011 est jour de consultation. Les patients se bousculent à la porte de ce spécialiste de la chirurgie digestive et de laparoscopie.

Le médecin n’hésite à faire découvrir la laparoscopie, une sous spécialité de la chirurgie qui s’occupe de la chirurgie à ventre fermé. En fait, comme l’explique le médecin, cette technique médicale consiste à pratiquer des interventions dans la cavité abdominale, sans l’ouvrir. L’hôpital de la Cnps s’est engagé dans le développement de cette technique à travers cet homme qui, en avril dernier, est devenu le premier Africain à remporter le prix international francophone de coelio-chirurgie Phillippe Mouret 2010.

Ce prix récompense chaque année la meilleure intervention réalisée par un chirurgien originaire de l’espace francophone, à travers la vidéo envoyée au membre d’un jury international dont la durée était de 7 minutes 14 secondes. Ce prix est placé bien en évidence dans son bureau.

Ce ressortissant du Ndé dans la région de l’Ouest Cameroun se porte en faux contre ceux qui pensent que la laparoscopie est une «chirurgie de luxe». Pour preuve, son banc de consultations ne désemplie pas. Selon le Dr Oumarou Djam Nana, ceci est dû d’abord au côté esthétique de cette chirurgie, dans la mesure où l’incision faite sur le patient est moins importante, «en matière d’infection de paroi, de douleur, de perte sanguine, en matière de temps mis à l’hôpital donc de dépense financier. Il y a un certain confort pour le patient» indique-t-il avant de préciser aussi que l’hôpital y gagne aussi en matière de gestion du personnel infirmier, de diminution des coûts des consommables, et aussi le nombre de patients à hospitaliser qui croît considérablement après ce type d’opération.

Pour la société, le patient est vite remis sur pieds et est actif au bout de 7 jours. C’est l’intérêt en termes de productivité. Mais aussi pour les assureurs qui paient dans certains cas. Son histoire avec la médecine est particulière. Après 5 ans d’études en médecine générale, le Dr Blondel Oumarou Djam Nana commence à sillonner les blocs opératoires en France, et ne prend presque pas de vacances. C’est à la faculté de Montpellier où il se forme en chirurgie laparoscopie. Il avoue que le guide de sa carrière est le Pr Etienne Ayite, son enseignant de chirurgie digestive, de nationalité togolaise. «Si je dois quelque chose à quelqu’un, c’est bien à lui. Il a fait de moi ce que je suis aujourd’hui grâce à son exigence et sa compétence. Chaque fois que j’opère un patient ou je me retrouve devant une difficulté, je pense à lui en me disant : qu’est-ce qu’il aurait pu dire à ce moment. Il m’a inculqué l’amour de ce métier. C’est ma référence» dit-il, fier d’avoir été l’un des disciples de cet homme qu’il admire par-dessus tout.

Josephine Abiala

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !