Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Le Cameroun a amélioré ses résultats contre la Mortalité infantile - 02/11/2011 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La diminution des décès révélée par l’enquête de démographique de santé est le fruit de nombreux programmes gouvernementaux. Aujourd’hui au Cameroun, le risque qu’un nouveau-né décède avant les 28 premiers jours de vie est estimé à 31 pour mille naissances contre 34.5 il y a 5 ans. La différence n’est pas énorme mais très encourageante, selon les responsables du ministère de la Santé publique.

Vu que dans le même intervalle de temps, le risque qu’un enfant décède avant son premier anniversaire est passé de 88 à 62 décès pour mille enfants. Et pour les moins de 5 ans, le taux de mortalité infanto-juvénile est également en baisse, affichant 122 décès pour mille contre 143. Ces chiffres sont en effet les résultats préliminaires de l’enquête démographique de santé à indicateurs multiple, en cours au Cameroun depuis janvier dernier. Le rapport définitif de cette enquête pourra être publié au premier trimestre de l’année 2012, selon le ministre de la Santé publique, qui explique par ailleurs que ces résultats serviront entre autres, à l’amélioration de la santé des populations.

Spécifiquement, pour ce qui est de la chute de la mortalité infanto-juvénile, l’on mentionne diverses actions menées par le gouvernent et ses partenaires pour parvenir à ce résultat. Notamment la couverture sanitaire de plus en plus dense, autant en terme d’infrastructures que d’accessibilité. M. Séverin Zinga, chef de cellule des informations sanitaires en charge de piloter l’enquête démographique au ministère de la Santé publique, relève singulièrement le programme de Prise en charge intégrée des maladies de l’enfant (PCIME) lancé par le gouvernement depuis 2004. « Il est pratiquement question ici de faire un bilan de santé à tout enfant amené en consultation pour quoi que ce soit. Ça aide ainsi à détecter et soigner toute autre maladie qui pourrait conduire au décès de l’enfant », explique notre source. Autre chose, c’est la Communication pour le changement de comportement (CCC) qui fait place depuis 2007 au programme d’Information, éducation et communication (IEC) qui avait montré des limites. La CCC pour sa part intègre les concepts d’orientation et de suivi sur le terrain. Par exemple, offrir et veiller à ce que les parents fassent dormir les enfants sous une moustiquaire imprégnée, ce qui évite le paludisme, désigné comme l’un des causes majeures de la mortalité au Cameroun. Il est aussi question à travers la CCC, d’apprendre aux populations à potabiliser l’eau et veiller à ce qu’elles consomment une eau pure, afin de faire face aux maladies hydriques, etc.

Le déclin de la mortalité infantile au Cameroun est également dû au taux de plus en plus croissant des Consultations prénatales (CPN), évalué à 85%. L’allaitement maternel reprend de façon encourageante. Seul hic, la vaccination ! Seulement 53% d’enfants sont complètement vaccinés. Un taux heureusement en hausse.

Félicité BAHANE N.

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !