Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Dépigmentation : Les malheurs des peaux clair-obscur - 09/02/2006 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’éclaircissement est à l'origine de sérieux problèmes de santé.
Les proches d'Hélène, cadre d'une société parapublique à Yaoundé, ont du mal à la reconnaître. Leur difficulté vient de ce que, en quelques mois, son teint noir ébène a viré au clair. Pis encore, la peau de la dame est couverte de vergetures et de vilaines cicatrices, surtout au niveau du visage. Elle porte les séquelles de brûlures de crèmes éclaircissantes appliquées sur sa peau.

Par ailleurs, Jeanne, qui s'est faite injecter du Kenakort, un corticoïde aux propriétés antiallergique et anti-inflammatoires, a pris un sérieux coup de vieux. Agée de 37 ans, la dame en fait dix ans de plus. Il en faut pourtant plus pour décourager les deux dames à abandonner cette pratique néfaste. Obsédées par le teint clair, elles sont plus que jamais déterminées à continuer dans cette voie, comme beaucoup d'autres personnes, en utilisant ces laits bon marché que l’on vend au bord des rues.

En effet, il est de plus en plus rare de rencontrer des femmes au teint noir ciré, satiné ou tout simplement au teint naturel. On rencontre beaucoup plus les femmes au teint clair, une couleur d'emprunt. Les cosmétiques qu'elles utilisent contiennent des corticoïdes (anti-inflammatoire), hydroquinone (antiseptique) détournés des circuits pharmaceutiques officiels, des crèmes éclaircissantes importées par divers réseaux parallèles, à la composition rarement précisée, et des préparations artisanales confectionnées sur place par mélanges comprenant plusieurs ingrédients (eau de javel, sels de mercure, etc.)
Si les amatrices de ces produits dépigmentant connaissent très bien tous les rouages de la pratique, ce que beaucoup d'entre elles ignorent, ce sont les conséquences désastreuses sur leur santé. En effet, "l'éclaircissement se fait par la destruction des mélanines. Ce sont ces petites cellules existant sous la peau qui produisent du pigment noir et protègent la peau contre les rayons solaires et les cancers de la peau”, explique le Dr Andjembe, dermatologue en service au ministère de la Santé publique.

Cicatrisation
Toujours selon le Dr Andjembe, les conséquences sont multiples et sont fonction du produit utilisé. De manière générale, on les classe en deux grands groupes à savoir : les conséquences sur la peau et les conséquences sur la santé en général.
Pour ce qui sont des conséquences locales, on a d'abord les brûlures de la peau qui laissent de grosses cicatrices sur les parties touchées. Elles sont surtout dues à l'application en grande quantité de pommade ou à l'injection de corticoïdes très puissants. Il y a ensuite des allergies qui se manifestent par l'apparition de boutons sur tout le corps, des noirceurs des parties de la peau exposées au soleil. Pour le Dr Andonaba, dermatologue et vénérologue au Chu-SS de Bobo-Dioulasso au Burkina Faso, dans certains cas, la gravité de ces allergies peut entraîner la mort. L'usage des “dépigmentants”, combinée aux rayons ultra-violets du soleil, entraîne également un vieillissement prématuré de la peau qui se manifeste par des rides et des plis sur tout le corps.

Par ailleurs, les utilisateurs de ces produits dégagent une odeur nauséabonde. Les défenses de la peau étant affaiblies, ils auront tout le temps des furoncles, des dartres, des mycoses, la gale et toutes sortes d'infections de la peau. La pratique a également comme conséquence la destruction des fibres élastiques de la peau qui se relâche. Par conséquent, "la peau devient mince et très fragile, ce qui empêche une cicatrisation rapide après une intervention chirurgicale au cas où la personne a un problème”, explique le Pr Arthur Essomba, chirurgien à l'Hôpital central de Yaoundé. Il poursuit en disant que, quant aux conséquences générales, ce sont surtout les effets secondaires des corticoïdes injectables.
Les médecins expliquent aussi que, ces produits qui sont directement envoyés dans le sang, peuvent entraîner l'hypertension, le diabète, les cancers de la peau, les insuffisances rénales, la perturbation du cycle menstruel.

On note également le risque de mettre au monde un enfant dont la croissance sera très lente, les problèmes osseux parce que les corticoïdes empêchent la consolidation des articulations. Le champ est donc ouvert pour des produits de qualité, préparés spécifiquement pour des peaux appropriées. L’un de ces produits, actuellement en promotion, est le Lait Crème Nourrissant pour peaux sèches et très sèches, produit par Nivea body, et présenté comme étant "le fruit d’une recherche hautement élaborée, pour le bonheur des femmes africaines". Au moins, reconnaissent les spécialistes, les risques de dépigmentation ici sont inexistants. Ce qui est rassurant pour la qualité de la peau, mais surtout pour la santé.

Cathy Yogo

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !