Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Juste 150.000 poches collectées en 2011 - 14/06/2012 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

« La collecte du sang reste insuffisante. » Dixit André Mama Fouda, ministre de la Santé publique. Jeudi, durant la table ronde organisée dans le cadre de la célébration de la 9e édition de la Journée mondiale du don de sang, les données publiées par l’ensemble des acteurs ne sont guère reluisantes. A l’Hôpital central de Yaoundé, par exemple, 15.766 poches de sang ont été collectées en 2011, alors que la demande, elle, s’élevait à plus de 22.000, d’après Simplice Mole, hémobiologiste dans cette formation sanitaire. Il indique d’ailleurs qu’ils n’ont pu satisfaire que 70 % des sollicitations. Thérèse Nkoa, chef de service de la sécurité transfusionnelle au ministère de la Santé publique, indique que l’année dernière, le Cameroun n’a enregistré que 150.000 poches de sang avec une demande nationale évaluée autour de 400.000.

Le problème, expliquent les autorités de la santé publique, réside dans l’acte même du don de sang. De nombreux Camerounais n’ont pas encore jugé important de donner volontairement un peu de leur sang pour sauver une vie. Des associations de donneurs volontaires ont pourtant été créées, des journées de collectes de sang organisées dans certains établissements et autres lieux publics. Mais l’offre reste toujours inférieure à la demande. Jusqu’à présent, 90 % des donneurs d’après nos sources sont issus des familles. Il s’agit des proches des malades ayant besoin de sang, et à qui on impose de remplacer les poches prélevées. Les donneurs volontaires, eux, sont rares. D’après les statistiques rendues publiques hier, ils sont estimés à 10 % seulement.

C’est dans cette optique que le Minsanté, André Mama Fouda a dit que l’accent devrait être mis plus que par le passé sur la sensibilisation. « Nous ne devons plus attendre le 14 juin pour parler du don de sang, a-t-il dit, mais il est urgent d’établir une communication permanente, afin d’amener plus de jeunes et d’adultes à donner du sang volontairement et de façon régulière. » Ce n’est que de cette manière, poursuit le ministre, que « nous pourrons accroître le nombre de poches de sang dans nos hôpitaux, tout en faisant en sorte que ce produit vital soit toujours disponible. »

Au plan infrastructurel, le Cameroun compte 15 banques de sang. Ce qui n’est également pas suffisant d’après le Minsanté. Grâce à nos partenaires, a-t-il souligné, « nous allons ouvrir de nouvelles banques tout en modernisant les anciennes. »

Elise ZIEMINE

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !