Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Maladie du sommeil : Le réveil de l’OCEAC - 20/11/2006 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

A l’issue de la première réunion de coordination de la lutte contre la trypanosomiase, en zone CEMAC les experts s’accordent à harmoniser leurs actions pour plus d’efficacité. Le chaleureux bruit de la mer, en face de l’hôtel Intercontinental, QG des participants de la première réunion de coordination de la lutte contre la trypanosomiase humaine africaine (THA) semblait les inviter à surfer sur une nouvelle vague.

Une vague manifestement d’espoir et de confiance en ce qui concerne la lutte contre la maladie. Les experts de la CEMAC eux, ont compris tout l’enjeu de ce nouveau départ dans la coordination des actions de lutte contre la THA. Mardi dernier à Libreville au Gabon, la trentaine de représentants des pays d’Afrique centrale, partenaires et organismes de coopération internationale, se sont séparés sur une note d’optimisme. Avec une nouvelle dynamique à créer au sein de la sous-région, en ce qui concerne les endémies en général, et la maladie du sommeil en particulier. Si la bataille ne se fera pas sans les partenaires, la plupart ont reconnu l’importance de la lutte anti-vectorielle qui pourrait sortir plusieurs malades encore recensés çà et là.

Le Dr Francis Louis, de l’OMS, voit une lutte anti-vectorielle tenant compte des spécificités de chaque foyer. L’Organisation mondiale de la santé de 2000 à 2005 a ainsi mis sur pied plusieurs actions parmi lesquelles des appuis aux programmes nationaux, notamment dans les actions de dépistage, la fourniture des réactifs et médicaments, ou encore des trypanocides. "

Pour ce qui est du financement, l’OMS définit une stratégie commune à tous les pays d’Afrique. 500.000 dollars soit environ 325 millions de Fcfa par an, sont mis à disposition pour toute l’Afrique centrale contre la THA ". Résultat, la prévalence dans les foyers est passée de 2% entre 2000 et 2001 à 1% entre 2003 et 2005.
D’autres partenaires comme la Coopération française, l’ONG ALES, exemple de partenariat public-privé en RCA, ou encore la Coopération espagnole en Guinée Equatoriale où des résultats spectaculaires ont été enregistrés, se signalent positivement. Reste que beaucoup est encore à faire, pour qu’à l’horizon 2015 la maladie du sommeil ne soit plus un problème de santé publique. D’autant qu’elle reste encore négligée, que les programmes nationaux souffrent encore des problèmes financiers et sociopolitiques.

Au Cameroun, cette maladie est sous contrôle, comme le soutient le Dr Vincent Ebo’o Eyenga : " Cette année, nous avons enregistré moins de 40 cas. Au regard des 70.000 personnes exposées dans les cinq foyers, nous n’arrivons pas à couvrir tous les risques. Nous compensons par la surveillance épidémiologique, car les autorités portent une attention particulière à ce phénomène. Mais le grand risque à ce stade c’est que lorsque la situation devient maîtrisable, on relâche tout. " Risque que ne veulent plus courir les pays membres, qui s’engagent, au sortir de la réunion de Libreville, à passer à une lutte sous-régionale et, comme le soutient le Dr Jean Charles Kounda Gboumbi de la RCA, à " standardiser tous les protocoles de traitement et de diagnostic dans tous les Etats membres ".

Au volet recommandations, on retient qu’il faut " continuer le suivi thérapeutique des patients pendant au moins les deux années qui suivent le traitement s’appuyant sur les structures sanitaires périphériques au contact des populations, opérer des études entomologiques préliminaires, qui détermineront la nécessité et les modalités d’une lutte anti-vectorielle, etc. " Sans oublier le plaidoyer qui reste à faire auprès des Etats par l’OCEAC. Ceci est une autre paire de manches.

Alain TCHAKOUNTE

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !