Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Formation en médecine : les promoteurs privés saisissent Paul Biya - 06/06/2013 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Ils dénoncent l’ordre des médecins et associés, le rapport Sosso et plaident pour le partenariat public-privé dans le secteur. En recevant en audience les principaux responsables des ordres nationaux des médecins, des pharmaciens et des chirurgiens dentistes mardi dernier dans ses services, le Premier ministre, Philemon Yang, a manifestement ouvert la boîte de Pandore, en promettant la fermeture prochaine des instituts privés d’Enseignement supérieur (Ipes), en activité dans le domaine de la santé.

En effet, suite à cette annonce, relayée par des médias de la place, les promoteurs de ces Ipes, représentés par le Pr Abolo Mbenti, doyen de la faculté de médecine de l’Equateur (basé à Ebolowa) et le Pr Bengono Touré Geneviève, ont écrit le 6 juin dernier au président de la République, Paul Biya. Dans cette correspondance dont l’objet est « plaidoyer des Ipes de santé du Cameroun », ces universitaires rappellent d’emblée les raisons « objectives » qui ont motivé l’ouverture des Ipes (une dizaine), dont la plupart ont entre deux et quatre années de fonctionnement.

Il s’agit notamment de « l’insuffisance criarde des ressources humaines en santé (…), les insuffisances constatées dans les établissements publics en quantité et en qualité (…), la forte demande de formation exprimée lors des concours d’entrée dans les établissements publics (…), la nécessité pour des professionnels à la retraite de continuer à contribuer à la formation qui est leur mission originelle (…), l’opportunité pour les jeunes spécialistes intéressés à la carrière universitaire d’être recrutés et de devenir enseignants ».

Pour les responsables des Ipes santé, la création de ces écoles consacre le renforcement de l’Enseignement supérieur à travers le partenariat entre le public et le privé ainsi que les confessionnels dont les besoins pour leurs hôpitaux d’application sont réels, le relèvement du niveau d’éducation en santé de la majorité des populations. Il s’agit en outre d’un levier de création d’emplois pour les jeunes et un moyen d’utilisation de la diaspora.

Parmi les « faiblesses » des Ipes citées dans la correspondance adressée au chef de l’Etat, les promoteurs des instituts privés, l’on note la jeunesse de ces établissements, le coût de la formation, au regard de la précarité des parents et en l’absence des subventions de l’Etat aux Ipes, le temps de mise en place des plans de développement avec les hôpitaux d’application, « qui reste un projet de la plupart des Ipes de santé ».

Du reste, les patrons des Ipes proposent au gouvernement, l’organisation d’une structure commune de réflexion et d’orientation des activités pédagogiques, administratives, en vue de déterminer les variables de quantité et de qualité de formation, les effectifs et les coûts raisonnables. Ils recommandent l’organisation d’un examen national pour l’exercice des professions de médecine, pharmacie et ondotologistes tandis que les sélections d’entrée incomberaient aux établissements. Par ailleurs, les auteurs du document adressé au président de la République suggèrent que la première évaluation d’une Ipes nouvellement autorisée à fonctionner se fasse après cinq ans, suivie des évaluations formatives triennales.

Rapport Sosso

Dans une lettre adressée le 7 juin 2013, cette fois-là au Premier ministre, les principaux dirigeants des Ipes santé « tous des professeurs titulaires et agrégés de médecine et du domaine, issus tous de la faculté mère de l’université de Yaoundé I » trouvent « exagérée, disproportionnée et non constructrice pour le Cameroun, la position de certains ordres professionnels restée inchangée depuis plus de trois ans ayant pour seule proposition la fermeture pure et simple de toutes les Ipes du Cameroun ».

A l’endroit de l’ordre des médecins et associés, les patrons des Ipes estiment que « le jugement d’ensemble porté sur la qualité de la formation dans les Ipes n’est pas de sa compétence \[de celle de l’Ordre, ndlr]. L’Etat étant le seul garant institutionnel de la qualité de la formation de l’éducation et de la santé ». Au sujet du « rapport Sosso », sur l’évaluation de la formation médicale au Cameroun, rapport rendu public il y a plus d’une semaine, les promoteurs des Ipes pensent que « celle-ci a eu lieu au mois de mars 2012 et restituée en juin 2013 (…). Ce délai rend plusieurs données du rapport de la commission Sosso obsolètes ».

En rappel, face à la presse mardi dernier, le Dr Guy Sandjon, président de l’ordre national des médecins du Cameroun, a déclaré, à propos des Ipes santé : « ce qui fait problème, c’est la prolifération des Ipes. Cette prolifération a entraîné ipso facto une dégradation de la formation en elle-même, parce que ce n’est pas la quantité qui fait la qualité ».

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !