Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Le Cameroun a la capacité technique de faire face à la grippe aviaire - 23/02/2006 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les révélations du Dr Madeleine Tchuinte, ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation (MINRESI).

Mme le ministre, quelle a été la réaction de votre département ministériel à l’annonce au Nigeria, pays voisin du Cameroun, de la présence de la grippe aviaire ?
Dès les premiers signes d’alerte signalant des foyers de la grippe aviaire dans les Etats de Kaduna et Kano au Nigeria, nous avons mis en place rapidement une cellule de crise au ministère. Une réunion de concertation avec l’Institut de recherche agricole pour le développement (IRAD) et l’Institut de recherche médicale et des plantes médicinales (IRPM) a eu lieu. Ces instituts ont des spécialistes en épizooties, c’est-à-dire en pandémies liées aux animaux.

A l’issue de cette réunion, nous avons dépêché dans les zones du Nord-Cameroun le Dr Tanya, un spécialiste de la grippe aviaire avec deux Camerounais et deux Britanniques, le Pr Morgan Kenton de l’université de Liverpool et le Pr Mark Bronsvoort de l’université d’Edinburgh en Ecosse. Ils ont eu pour mission d’identifier les indicateurs de la présence de la grippe aviaire H5N1 dans cette zone classée vulnérable, de mettre sur pied un système de surveillance du virus de la grippe aviaire dans les plaines de l’Extrême-nord, du lac Maga, du lac Mbakaou, le long de la frontière avec le Nigeria, et d’évaluer les risques d’exposition d’oiseaux sauvages et d’animaux domestiques au virus de la grippe aviaire. Les résultats sont attendus.

Au fait, quel rôle joue ou va jouer le ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation dans la prévention de la grippe aviaire au Cameroun ?
Comme vous le savez, le Premier ministre, chef du gouvernement, chief Inoni Ephraïm, a créé le 17 février 2006, un comité interministériel ad hoc de prévention et de lutte contre la grippe aviaire (lire CT du mardi 21/02/2006, P 19). Le MINRESI en fait partie. C’est à nous d’identifier la souche.
Parce que le virus H5N1 a des capacités de nuisance, de mutation et d’adaptation extraordinaires, quand la grippe aviaire a frappé à proximité de notre pays, nous n’avons pas pris cela à la légère. Car c’est à nous, le ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation la qualité, l’expertise d’isoler le virus H5N1. C’est nous qui devons circonscrire les foyers, c’est-à-dire signaler à quel endroit on peut le trouver au Cameroun. Dans les prochains jours, nous allons faire une cartographie des zones à risques au Cameroun. Si nos chercheurs ne trouvent pas le virus, nous allons quand même mettre les populations en garde.
Dans un second temps, si nous avons les moyens, il faudra faire des vaccins. Non seulement il faut le faire à grande échelle, mais il faut penser aussi au long terme. Si la maladie se déclare au Cameroun, il faudra acheter une licence pour fabriquer le tamiflu, le seul médicament qui peut agir efficacement contre la grippe aviaire.

Le MINRESI a-t-il les moyens de son action ?
Le gouvernement est en train de prendre toutes les dispositions pour que nous ayons les moyens de notre politique. Le Comité qui a été créé donnera les moyens à la recherche. Si nous identifions le H5N1, il faudra se mettre en ordre de bataille.

Où va se faire l’analyse des éléments collectés par vos chercheurs dépêchés sur le terrain au Nord-Cameroun ?
Nous avons des laboratoires sur tout le territoire, que ce soit à Nkolbisson (près de Yaoundé), à Wakwa (dans l’Adamaoua) qui sont bien équipés pour tout ce qui est épizootie…
Nous avons l’expertise scientifique. Celle des chercheurs de l’IRAD est telle que nous n’avons rien à envier aux équipes qui viennent de l’extérieur. Ces équipes viennent seulement pour nous appuyer, surtout sur le plan financier. Ce n’est pas sur le plan technique.
Sur le plan technique, nos chercheurs sont classés deuxième en Afrique, derrière l’Afrique du Sud…

Si je vous ai bien compris, tous les éléments collectés par vos chercheurs dépêchés sur le terrain seront entièrement analysés dans vos laboratoires au Cameroun…
Tout sera fait ici au Cameroun. Nous mettrons les résultats à la disposition du Premier ministre, chef du gouvernement.

Que fera-t-on des résultats attendus de l’équipe dépêchée au Nord-Cameroun ?
Dans le Comité interministériel, il y a un volet communicationnel qui sera géré par le ministre de la Communication. Il y a un volet santé, agriculture, environnement et forêt, etc. Je coordonne seulement le volet recherche…

Aurons-nous la capacité de faire face à la grippe aviaire au cas où elle est décelée au Cameroun ?
On a la capacité d’y faire face. Le Premier ministre lui-même est président d’un comité de pilotage pour faire face à toute forme de pandémie de grippe aviaire au Cameroun. Le gouvernement est prêt et déterminé à faire face à la grippe. Le MINRESI est prêt côté recherche scientifique. Nous sommes là pour identifier la souche, c’est-à-dire chercher à savoir si le virus a déjà muté au point de pouvoir se transmettre à l’homme ou pas. Nous allons aussi étudier le courant migratoire des oiseaux, la réaction des populations. Nous avons un Centre national d’éducation qui pourra étudier les réactions des populations pour que les gens n’entrent pas dans une panique inutile.

Au fait, quels sont les moyens en hommes que le Cameroun peut mobiliser pour faire face à une telle pandémie ? Combien de laboratoires pourrait-on mettre à contribution ?
En termes de personnels, nous avons 1214 personnels (chercheurs techniciens, etc.) dont 115 dans les services centraux… Au niveau de l’IRAD, nous avons un groupe de chercheurs spécialisés issus de l’ex-Institut de recherche zootechnique (IRZ). Ce sont eux qui se sont battus contre la peste porcine, il y a quelques années.
Nous avons un centre à Wakwa. En termes de personnels, nous n’avons pas de problèmes. Nous avons au moins 811 chercheurs à l’IRAD pour circonscrire la grippe aviaire. Ce n’est pas un problème pour les chercheurs de l’IRAD et de l’IRPM. Nous avons un grand laboratoire attenant au ministère, un autre à Nkolbisson, un troisième à Wakwa. Même le Lanavet (laboratoire national vétérinaire) travaille en étroite collaboration avec les chercheurs de l’IRAD. Le problème qu’on a concerne les moyens financiers…

Des moyens financiers pour payer les chercheurs ?
Pas seulement pour payer les chercheurs, mais aussi pour acheter les réactifs et envoyer les chercheurs en mission…

Quelles précautions faudrait-il prendre au niveau des populations avec ou sans grippe aviaire ?
Avec la grippe aviaire nous avons affaire aux virus qui mutent très rapidement. En dix jours, ils peuvent muter et devenir une autre souche qui peut causer des ravages chez l’homme. Dans les années 1918-1919, il y a eu une très grosse épidémie de grippe qui a tué à peu près 30 à 40 millions de personnes, sinon 50 millions (dans les pays du Nord). Parce que si ce virus arrive à muter jusqu’à créer la souche adaptée à l’espèce humaine, qui permet donc la transmission de l’homme à l’homme, nous assisterons à une très grave pandémie humaine.
Le virus H5N1 a donc une capacité de nuisance, de mutation et d’adaptation extraordinaires. Il faut donc stopper toute propagation dans les populations de la volaille. Si on a déjà un poulailler atteint, il faut le détruire pour barrer la voie à la contamination des autres poulaillers des environs. Tous ceux qui ont des poulaillers, doivent tout faire pour les couvrir. Si possible, il faut administrer des vaccins efficaces aux personnes exposées aux risques, protéger ceux qui abattent les poulets sur nos marchés, administrer des antiviraux à titre prophylactique à tous ceux qui sont exposés. En un mot, il faut stopper toute propagation, toute transmission de volaille à volaille, et restreindre les possibilités d’exposition de l’homme au virus.

Propos recueillis par Jean NGANDJEU

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !