Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Contrôle de qualité - 12/01/2007 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

On s’achemine donc finalement vers la validation du cursus de formation de l’Institut supérieur des Sciences de la santé de Bangangté. La dernière évolution du feuilleton à rebondissements de l’université des Montagnes laisse entrevoir une issue heureuse. Tant mieux pour les promoteurs, dont la détermination et la persévérance n’ont jamais été autant mises à l’épreuve. Mais ce n’est que très normal. Car si le gouvernement camerounais n’est pas hostile à l’initiative privée de formation dans l’enseignement supérieur, il n’est pas non plus question de laisser faire le premier venu.

L’expérience a d’ailleurs prouvé que chez bon nombre de promoteurs d’institutions de l’enseignement supérieur privé, les logiques mercantilistes étaient très poussées.

Le souci des pouvoirs publics est clair. Il est exprimé dans la loi d’orientation de l’enseignement supérieur, promulguée en 2001 : promouvoir un enseignement supérieur privé de qualité. C’est-à-dire qui réponde aux standards de formation internationaux. D’où l’accent généralement mis sur les programmes, les infrastructures d’accueil et équipements didactiques, le personnel enseignant… A cela, il convenait d’ajouter des modalités de recrutement des étudiants et enseignants qui tiennent compte des réalités camerounaises. Le respect des fameux équilibres déjà en vigueur dans l’ensemble des institutions de l’enseignement supérieur, l’ISSS de Bangangté ne pouvait déroger à la " règle ". Au terme de la rencontre de mardi dernier au Minesup entre le Pr. Fame Ndongo et les promoteurs de cet établissement, il a été entendu que les choses se passeraient désormais dans ce sens.

Pour le reste, il convient de saluer cet enrichissement de l’offre de formation en médecine au Cameroun. Dans un cadre beaucoup plus formel tracé en collaboration avec la tutelle, l’ISSS vient indéniablement renforcer les possibilités, dans un domaine où la demande est débordante. Le nombre étonnant de médecins camerounais formés et exerçant à l’étranger l’illustre à suffisance. Cela dit, l’entrée en scène " officielle " de l’ISSS de Bangangté ne saurait suffire.

Le ratio 1 médecin pour 10.000 habitants donne une idée du nombre de professionnels à former pour combler le déficit. Avec seulement trois ou quatre institutions de formation qui déversent chaque année moins de 200 médecins sur le marché, on est très loin du compte. Dans l’arrière-pays, des dizaines d’hôpitaux restent encore désespérément pauvres en personnel. Les privés sont donc les bienvenus. A condition de passer par le tamis du Minesup. Le cas de l’université des Montagnes devrait servir d’avertissement aux aventuriers et autres commerçants du secteur de l’enseignement supérieur privé.

Yves ATANGA

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !