Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Maternité des femmes séropositives : Un casse tête pour les médecins - 30/01/2007 - La nouvelle expression - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La légitimité pour toute femme de devenir mère devient hypothétique avec la présence du virus du SIDA. Comment mettre au monde un enfant sain. Les médecins y réfléchissent à Douala depuis quelques jours. La formation organisée par la Swaa (Society for women and aids in Africa) depuis lundi et qui prend fin aujourd’hui, a porté sur le suivi de l’enfant né de mère séropositive et de l’enfant infecté.

Aidé dans cette tâche par Sidaction, une association française, cette formation a bénéficié à une trentaine de médecins : gynécologues, pédiatres infectiologues, psychologue et autres généralistes du secteur privé et public. L’objectif vise, dans un premier temps, à améliorer le suivi thérapeutique de l’enfant né de mère séropositive notamment. D’autres sont ciblés sur le renforcement des connaissances par rapport au suivi clinico-biologique de l’enfant exposé à l’infection par sa mère. Outre ce séminaire, la Swaa entend organiser des réunions de suivi de cette formation et des études post universitaires (Epu), et assurer des échanges entre les spécialistes, en mettant en place un réseau de médecins formés, intégrant les formateurs afin d’évaluer l’impact de cette formation au niveau des bénéficiaires.

La problématique de l’enfant né de mère séropositive continue d’être au centre des préoccupations des médecins formés pour la prise en charge des enfants nés de mère séropositive. Cette problématique se traduit par le refus de certaines mères de se dépister et, par conséquent, de protéger leur enfant si elles sont séropositives, ou l’absence de structures de dépistage dans certaines zones rurales.

Selon l’Onusida, en 2002, près de 800 000 bébés ont été infectés par le virus pendant la grossesse de leur mère, pendant l’accouchement ou l’allaitement maternel. De par le monde, environ 1 % des femmes enceintes sont séropositives; 95 % d’entre elles vivent dans des pays en développement, ainsi que 90 % des enfants séropositifs. Lorsqu’une femme séropositive se retrouve enceinte, il y a 35 % de chances qu’elle transmette le virus à son enfant si elle ne prend pas les précautions nécessaires. Chaque année, plus de 700 000 enfants deviennent séropositifs par transmission du virus de la mère à l’enfant. Entre 15 à 20 % des enfants sont infectés pendant la grossesse, 50 % pendant l’accouchement et 33 % pendant l’allaitement maternel. Or, ces risques de contaminer leurs bébés peuvent être divisés par deux si les femmes enceintes séropositives suivent un traitement à base de médicaments antirétroviraux.

Inflammation

Il en est aussi de la nécessité de donner du lait artificiel à l’enfant dans le contexte socio-économique ambiant, et surtout africain, où chacun attend que la mère allaite son enfant. Pour les mères séropositives ayant un accès limité à l’eau potable et à l’assainissement, un dilemme surgit lorsqu’elles doivent prendre la décision d’allaiter ou non leurs bébés. A en croire les spécialistes, les jeunes mères doivent soupeser deux types de risques : celui de contaminer leurs bébés et celui de ne pas nourrir au sein.

Pendant les deux premiers mois, un nourrisson nourri artificiellement court six fois plus de risques qu’un bébé nourri au sein de succomber à la diarrhée ou à des infections, notamment respiratoires. En effet, la mère risque d’utiliser de l’eau contaminée pour diluer le lait en poudre ou les biberons peuvent ne pas être parfaitement propres. Certaines stratégies visent à minimiser le risque de contamination par le VIH : le raccourcissement de la durée de l’allaitement maternel, la prévention et le traitement immédiat des infections au sein ou des plaies et inflammations de la muqueuse de la bouche du nourrisson.

Réduire l’allaitement maternel de deux ans à six mois seulement peut limiter de deux tiers le risque de transmission. Malgré les avantages évidents et le faible prix de la thérapie par médicaments antirétroviraux, la grande majorité des femmes enceintes séropositives n’ont pas les moyens de payer ces médicaments et ceux-ci ne sont pas toujours disponibles. Pour limiter la transmission mère - enfant, les médecins s’attèlent aujourd’hui à mettre l’accent sur la prévention de l’infection pour toutes les femmes, les préventions des grossesses non désirées chez les femmes séropositives, la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant. Outre ces moyens préventifs, l’accent est également mis sur les soins et le soutien aux parents et aux familles à travers des ONG comme la Swaa.

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !